Genera in Bionectriaceae, Hypocreaceae, and Nectriaceae (Hypocreales) proposed for acceptance or rejection.

Rossman, A.Y., Seifert, K.A., Samuels, G.J., Minnis, A.M., Schroers, H.-J., Lombard, L., Crous, P.W., Põldmaa, K., Cannon, P.F., Summerbell, R.C., Geiser, D.M., Zhuang, W.-Y., Hirooka, Y., Herrera, C., Salgado-Salazar, C., et Chaverri, P. (2013). « Genera in Bionectriaceae, Hypocreaceae, and Nectriaceae (Hypocreales) proposed for acceptance or rejection. », IMA Fungus, 4(1), p. 41-51. doi : 10.5598/imafungus.2013.04.01.05  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Selon les changements que comporte le nouveau Code international de nomenclature pour les algues, les champignons et les plantes à l’égard des champignons pléomorphes, pour pouvoir utiliser un nom générique qui n’a pas priorité, que son type soit un morphe sexué ou un morphe asexué, il faut proposer l’acceptation ou la protection de ce nom, ou encore proposer le rejet ou la suppression des noms concurrents. Dans le cas d’un nom générique largement utilisé dont le type est un morphe sexué, il faut proposer le rejet ou la suppression de ce nom pour faire place au nom ayant priorité dont le type est un morphe asexué, ou proposer la conservation ou la protection de ce dernier nom. Parmi les critères servant à décider en pratique si un nom générique doit être accepté ou rejeté, mentionnons les suivants : nombre de changements de nom nécessaires si un nom générique est préféré à un autre; clarté du concept générique; fréquence relative d’utilisation des divers noms dans les publications scientifiques; résultats d’un vote parmi les mycologues intéressés. Dans le présent article, nous proposons l’acceptation, par conservation ou par protection, de douze noms génériques largement employés au sein de trois familles de l’ordre des Hypocreales, malgré la non-priorité de leur publication, ou encore parce qu’il s’agit de noms largement utilisés dont le type est un morphe asexué. Nous évaluons chacune des paires de noms génériques et recommandons dans chaque cas le nom à accepter par conservation ou protection. Nous proposons ainsi l’utilisation de quatre noms génériques dont l’espèce type a pour spécimen type un morphe sexué et qui sont moins anciens que les noms génériques concurrents dont l’espèce type a pour spécimen type un morphe asexué. Nous proposons par ailleurs l’utilisation de huit noms génériques dont l’espèce type a pour spécimen type un morphe asexué et qui sont plus anciens que les noms génériques concurrents dont l’espèce type a pour spécimen type un morphe sexué. Dans la famille des Bionectriaceae, nous recommandons l’utilisation de Clonostachys plutôt que de Bionectria. Dans les Hypocreaceae, nous recommandons l’utilisation d’Hypomyces plutôt que de Cladobotryum, de Sphaerostilbella plutôt que de Gliocladium et de Trichoderma plutôt que d’Hypocrea. Enfin, dans les Nectriaceae, nous recommandons l’utilisation d’Actinostilbe plutôt que de Lanatonectria, de Cylindrocladiella plutôt que de Nectricladiella, de Fusarium plutôt que de Gibberella, de Gliocephalotrichum plutôt que de Leuconectria, de Gliocladiopsis plutôt que de Glionectria, de Nalanthamala plutôt que de Rubrinectria, de Nectria plutôt que de Tubercularia, et de Neonectria plutôt que de Cylindrocarpon.

Date de modification :