Five new Penicillium species in section Sclerotiora: a tribute to the Dutch Royal family.

Visagie, C.M., Houbraken, J.A.M.P., Rodriques, C., Silva Pereira, C., Dijksterhuis, J., Seifert, K.A., Jacobs, K., et Samson, R.A. (2013). « Five new Penicillium species in section Sclerotiora: a tribute to the Dutch Royal family. », Persoonia, 31, p. 42-62. doi : 10.3767/003158513X667410  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Selon les dernières publications scientifiques à ce sujet, la section Sclerotiora du genre Penicillium compte 17 espèces reconnues. Plusieurs de ces espèces donnent des colonies jaune vif à orange, et toutes produisent des conidiophores monoverticillés, sauf le P. herquei, le P. malachiteum et le P. nodositatum, dont les conidiophores sont biverticillés. Le présent article vise à préciser la délimitation des espèces actuellement reconnues et d’en décrire cinq nouvelles, nommées d’après les membres de la famille royale néerlandaise, le P. vanoranjei, le P. maximae, le P. amaliae, le P. alexiae et le P. arianeae. Le P. vanoranjei produit en culture des colonies orange (oranje, en néerlandais) et est nommé en l’honneur de Willem-Alexander Claus George Ferdinand, Zijne Koninklijke Hoogheid de Prins van Oranje (ce qui signifie « Son Altesse royale le Prince d’Orange ») et de sa famille, à l’occasion de son couronnement. Par ailleurs, nous examinons la position taxonomique du P. lilacinoechinulatum et du P. nodositatum, jusqu’ici considérés comme des synonymes du P. bilaiae. Les données de séquençage obtenues dans le cadre de la présente étude révèlent que ces deux espèces sont distinctes sur le plan phylogénétique. Le P. lilacinoechinulatum est étroitement apparenté au P. amaliae sp. nov., tandis que le P. nodositatum n’appartient pas au genre Penicillium sensu stricto. Nous avons comparé toutes les espèces sur le plan de la morphologie et de la phylogénie, en nous fondant sur les séquences ADN codant la β-tubuline et la calmoduline. Nous présentons un tableau résumant les caractères morphologiques de toutes les espèces ainsi que des microphotographies et une liste des marqueurs ADN recommandés pour l’identification.

Date de modification :