dsDNA and protein co-delivery in triticale microspores.

Shim, Y.-S., Eudes, F., et Kovalchuk, I.E. (2013). « dsDNA and protein co-delivery in triticale microspores. », In Vitro Cellular & Developmental Biology - Plant, 49(2), p. 156-165. doi : 10.1007/s11627-012-9471-y  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons évalué l’efficacité de la transfection de microspores de triticale avec de l’ADN bicaténaire au moyen de vecteurs peptidiques CPP (cell-penetrating peptide) chez des plantules et des embryons issus de microspores d’après l’intégration transitoire et stable du gène rapporteur de la β‑glucoronidase (GUS) et d’après l’expression de l’enzyme. Nous avons également vérifié si la protéine RecA, habituellement associée à la recombinaison homologue chez les procaryotes, pouvait protéger le transgène linéaire contre la dégradation. Le nombre d’embryons était moins élevé dans le cas des transfections faites avec les nanotransporteurs Tat2 et Pep1 (122 et 100 embryons, respectivement) que celui obtenu avec le témoin (158 embryons). La cotransmission de l’ADN bicaténaire avec la protéine RecA au moyen des CPP Tat2 et Pep1 a produit encore moins d’embryons (respectivement 87 et 104 embryons). C’est lorsque l’ADN bicaténaire a été introduit dans les microspores par les CCP Tat2 ou Pep1 sans la protéine RecA que nous avons obtenu les fréquences les plus élevées (26 %) d’activité GUS dans les embryons. La cotransmission avec la protéine RecA a diminué le pourcentage d’embryons producteurs de β‑glucoronidase active à 16%. Il est intéressant de noter que lorsque la protéine RecA était transmise avec l’ADN bicaténaire, la construction génétique insérée perdait moins souvent son intégrité, comme l’a révélé l’amplification par PCR des extrémités 5′ et 3′. L’activité de la β‑glucoronidase a aussi été détectée dans des plantes matures haploïdes et diploïdes. Parmi toutes les plantes traitées, 31 plantes T0 se sont révélées positives au test de détection du gène GUS par PCR quantitative; 50 % d’entre elles étaient issues du traitement ADN bicaténaire‑Tat2. Le nombre de copies estimé du transgèneGUS variait de quatre à huit. Cette étude apporte des renseignements fondamentaux sur le rôle des vecteurs peptidiques dans la cotransmission, dans des noyaux de microspores haploïdes, d’ADN bicaténaire et de protéine RecA pour l’étude de la génomique fonctionnelle des plantes cultivées.

Date de modification :