Immunogenic and protective properties of GP5 and M structural proteins of porcine reproductive and respiratory syndrome virus expressed from replicating but nondisseminating adenovectors.

Roques, E., Girard, A., St-Louis, M.-C., Massie, B., Gagnon, C.A., Lessard, M., et Archambault, D. (2013). « Immunogenic and protective properties of GP5 and M structural proteins of porcine reproductive and respiratory syndrome virus expressed from replicating but nondisseminating adenovectors. », BMC Veterinary Research, 44(1, Article No.17), p. 17-30. doi : 10.1186/1297-9716-44-17  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le virus du syndrome dysgénésique et respiratoire du porc (PRRSV) cause d’importantes pertes économiques dans l’industrie des productions porcines. Les vaccins actuels n’assurent pas une protection optimale et sûre. Dans les travaux que nous présentons ici, nous avons utilisé, pour la première fois chez le porc, des vaccins à adénovecteurs capables de se répliquer, mais non de se disséminer (rAcV). Ces vecteurs expriment la protéine M de la matrice du PRRSV fusionnée soit avec la protéine GP5 de l’enveloppe du virus du type sauvage (M‑GP5), qui porte l’épitope inducteur du principal anticorps neutralisant (AcN), soit avec une protéine GP5 mutante (M‑GP5m) mise au point pour augmenter (théoriquement) la production d’AcN. Trois groupes de 14 porcelets ont reçu, par voies intramusculaire et intranasale, deux doses des vaccins suivants à 3 semaines d’intervalle : rAdV exprimant la protéine verte fluorescente (GFP, témoin négatif), rAdV exprimant la M‑GP5 ou rAdV exprimant la M‑GP5m. Deux autres groupes de porcs ont reçu soit une primovaccination avec un rAdV exprimant la M‑GP5m, suivie d’un rappel avec la protéine GP5 du type sauvage recombinée exprimée par une bactérie, soit deux doses d’un vaccin commercial constitué du PRRSV inactivé. Les résultats montrent que les rAdV qui expriment les protéines de fusion d’intérêt induisent une réponse immunitaire systémique et locale (muqueuse) : la production d’anticorps spécifiques de la GP5 du PPRSV, comme le révèle l’ELISA. Le traitement qui a induit la plus forte production d’anticorps anti‑GP5 est la primovaccination avec le rAdV exprimant la M‑GP5m, suivie du rappel avec la GP5 recombinée. Après les provocations expérimentales, les animaux vaccinés deux fois avec le rAdV exprimant la M‑GP5 ou la M‑GP5m ont acquis une immunité partielle comme l’indique la diminution de la virémie avec le temps. C’est chez les animaux vaccinés deux fois avec le rAdV exprimant la M-GP5m ou avec le vaccin commercial composé du PRRSV inactivé que les taux de virémie et/ou le pourcentage de lésions pulmonaires macroscopiques étaient les plus faibles.

Date de modification :