A sustainable management package for triticale in the western Canadian prairies.

Collier, G.R.S., Beres, B.L., Salmon, D.F., Nyachiro, J.M., Bork, E.W., et Spaner, D.M. (2013). « A sustainable management package for triticale in the western Canadian prairies. », Agronomy Journal, 105(2), p. 546-554. doi : 10.2134/agronj2012.0314  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le triticale (× Triticosecale Wittmack), qui constitue une culture céréalière de moindre importance en Alberta, a récemment suscité un intérêt particulier comme matière première pour la production de biocarburant. On manque de données agronomiques de base sur les cultivars de triticale mis en circulation depuis 1990. En 2010, nous avons entrepris des expériences au champ d’une durée de deux ans à quatre sites du centre et du sud de l’Alberta dans le but de comparer les effets de la sélection des cultivars, de la date d’ensemencement et du taux d’ensemencement sur le rendement grainier, la qualité des grains et d’autres caractères agronomiques. Six cultivars de triticale mis en circulation entre 1996 et 2011 ainsi qu’un cultivar de blé tendre blanc de printemps (Triticum aestivum L.) ont été évalués selon deux dates d’ensemencement, respectivement antérieure et postérieure à la date où 15 % des degrés-jours de croissance (DJC; base = 0 °C) de la saison étaient écoulés. Les taux d’ensemencement employés pour l’évaluation des cultivars ont été de 250, 375 et 500 semences m-2. Les cultivars de triticale plus anciens ont affiché des rendements grainiers supérieurs, mais une qualité des grains plus faible que les cultivars mis en circulation après 2000. Les cultivars de triticale ont produit plus de grains que le cultivar de blé tendre blanc de printemps dans cinq des sept environnements étudiés; le cultivar de blé tendre blanc de printemps a cependant fourni des grains de meilleure qualité que les cultivars de triticale. Le rendement a généralement augmenté de façon linéaire avec le taux d’ensemencement, mais le meilleur rendement du capital investi a été obtenu avec un taux de 375 semences m-2. En l’absence de gelée précoce, le triticale semé après le moment où 15 % des DJC saisonniers étaient écoulés a produit un rendement grainier similaire au triticale semé plus tôt. Pour assurer une gestion durable des récoltes de triticale, il faut des cultivars modernes, une date d’ensemencement permettant d’accumuler 1 750 DJC avant la gelée et une densité d’ensemencement d’au moins 375 semences m-2.

Date de modification :