Chill unit models for predicting dormancy completion of floral buds in apple and sweet cherry.

Guak, S. et Neilsen, D. (2013). « Chill unit models for predicting dormancy completion of floral buds in apple and sweet cherry. », Horticulture, Environment and Biotechnology, 54(1), p. 29-36. doi : 10.1007/s13580-013-0140-9  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons mené des essais en milieux à température contrôlée pour déterminer la contribution relative de la température à la levée de dormance des bourgeons floraux des pommiers (Malus domestica Borkh.) ‘Gala’ et des cerisiers à cerises douces (Prunus avium L.) ‘Sweetheart’. Nous avons prélevé des pousses juste avant le début du refroidissement des températures, puis les avons exposées de façon continue à 7 températures allant de −2 °C à 16,8 °C durant 1 320 heures. Nous avons déterminé les besoins en froid au moyen d’une série d’échantillons prélevés sur le terrain, en créant une courbe illustrant la relation entre la date de prélèvement et le nombre de journées requises pour le débourrement. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec le modèle de régression logistique non linéaire à quatre paramètres; selon les courbes de réponses aux températures, les températures optimales se situaient entre −2 °C et 5,5 °C dans le cas de ‘Gala’ et entre −2 °C et 7 °C dans le cas de ‘Sweetheart’. Les températures supérieures à 13 °C n’ont eu aucun effet dans le cas des deux cultivars. Selon les modèles d’unités de froid dérivés, sur les trois années de l’étude, le nombre moyen d’unités de froid nécessaires à la levée de dormance était de 921 dans le cas de ‘Gala’ et de 740 dans le cas de ‘Sweetheart’. La fluctuation d’une année à l’autre était plus faible avec notre modèle ‘Gala’ (coefficient de variation de 14 %) qu’avec le modèle ‘Utah’ (coefficient de variation de 23,5 %) dans le cas de ‘Gala’, tandis qu’elle était similaire avec les deux modèles dans le cas de ‘Sweetheart’.

Date de modification :