Nitrogen metabolism and route of excretion in beef feedlot cattle fed barley-based backgrounding diets varying in protein concentration and rumen degradability.

Koenig, K.M. et Beauchemin, K.A. (2013). « Nitrogen metabolism and route of excretion in beef feedlot cattle fed barley-based backgrounding diets varying in protein concentration and rumen degradability. », Journal of Animal Science, 91(5), p. 2295-2309. doi : 10.2527/jas.2012-5652  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Avec ces travaux, nous avons voulu déterminer l’effet de la concentration des protéines brutes (PB) et de la dégradabilité ruminale des rations de semi-finition à base d’orge sur la voie d’excrétion et la forme chimique de l’azote excrété, la fermentation ruminale, la synthèse protéique microbienne et la digestion des éléments nutritifs chez les bovins de boucherie. Nous avons utilisé quatre génisses Angus (poids moyen : 479 ± 14,6 kg) munies d’une canule ruminale et d’une canule duodénale suivant un plan en carré latin 4 × 4. La ration de base comprenait 54 % d’ensilage d’orge et 46 % de concentré de grains d’orge (matière sèche). Les génisses ont reçu soit la ration de base sans protéines ajoutées (12 % de PB), soit la ration de base supplémentée (14 % de PB ) en urée (UREE), en urée et en tourteau de canola (UREE+TC) ou en urée, en tourteau de gluten de maïs (TGM) et en tourteau de soja traité au xylose (TSX) (UREE+TGM+TSX). La quantité de nourriture offerte aux animaux était limitée à 95 % de leur consommation à volonté. Comme les rations n’ont pas eu d’effet sur la consommation de matière sèche (P = 0,38), la quantité d’azote consommée était plus faible (P < 0,05) chez les génisses qui recevaient la ration à 12 % de PB que chez celles qui recevaient les rations à 14 % de PB. La ration n’a pas influé non plus sur la quantité d’azote excrétée dans les matières fécales (P = 0,15), mais les concentrations d’azote urinaire (P < 0,10) et uréique étaient plus élevées (P < 0,05) chez les génisses qui recevaient les rations à 14 % de PB que chez celles qui recevaient la ration à 12 % de PB. Chez les génisses recevant les rations à 12 % et à 14 % de PB (P < 0,05), La dégradabilité des PB n’a pas eu d’effet (P > 0,10) sur la quantité d’azote excrétée dans l’urine, qui était de 38,9 et de 45,1 ± 5,50 %, respectivement, de la quantité d’azote ingérée. L’azote uréique, forme la plus susceptible de volatilisation et de perte d’azote ammoniacal, était la principale forme d’azote retrouvée dans l’urine (75,5 % chez les génisses recevant la ration à 12 % de PB et 81,4 ± 1,7 % chez celles recevant les rations à 14 % de PB; P < 0,05). Les suppléments de protéines dégradables dans le rumen (UREE+TC) et de protéines non dégradables dans le rumen combinés à de l’urée (UREE+TGM+xSBM) pour fournir 14 % de PB ont augmenté (P < 0,05) la concentration d’azote ammoniacal dans le rumen, sans avoir d’effet sur les paramètres suivants : concentration d’azote des peptides (P = 0,62) et des acides aminés libres (P = 0,18) dans le rumen; flux d’azote microbien (P = 0,34) et alimentaire (P = 0,55); digestibilité des éléments nutritifs dans le rumen (amidon, P = 0,11; fibres résistantes aux détergents neutres, P = 0,78) et dans l’ensemble du tube digestif (matière organique, P = 0,21; amidon, P = 0,16). La supplémentation des rations de semi-finition à base d’orge contenant 12 % de PB avec de l’azote non protéique seul ou combiné à des protéines dégradables et non dégradables (protéines vraies) dans le rumen en vue d’obtenir des rations à 14 % de PB n’a pas eu d’effet sur la quantité d’azote excrétée dans les matières fécales, mais les concentrations d’azote urinaire et uréique ont augmenté indépendamment de la source de protéines. De plus, la dégradabilité des protéines dans le rumen n’a pas influé sur la composition du flux protéique dans l’intestin ni sur le lieu et l’étendue de la digestion des éléments nutritifs.

Date de modification :