Extreme grain-based cropping systems: When herbicide-free weed management meets conservation tillage in Northern Climates.

Légère, A., Shirtliffe, S.J., Vanasse, A., et Gulden, R.H. (2013). « Extreme grain-based cropping systems: When herbicide-free weed management meets conservation tillage in Northern Climates. », Weed Technology, 27(1), p. 204-211. doi : 10.1614/wt-d-12-00074.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Au Canada, les défis liés à l’adoption de systèmes antiérosifs de travail du sol et/ou de systèmes de production à faible niveau d'intrants, qu’il s’agisse de culture organique ou de culture sans herbicides, sont liés à l’échelle considérée, à l’environnement et aux pratiques locales. Nous avons réalisé une étude dans l’Est du Canada afin de cerner les défis posés par l’instauration de systèmes culturaux à faible niveau d'intrants dans une rotation orge-trèfle rouge-maïs-soja soumise depuis au moins 20 ans à divers systèmes de travail du sol. Chaque système de travail du sol présentait des problèmes de mauvaises herbes distincts. Ces problèmes n’ont cependant pas affecté les cultures telles que l’orge et le trèfle rouge, qui ont produit des rendements similaires dans les systèmes à niveau d'intrants faible et élevé. Il a toutefois fallu effectuer un travail primaire du sol pour lutter contre les mauvaises herbes et obtenir un rendement adéquat dans le cas des systèmes de culture biologique (ORG) et sans herbicides (SH). En fait, les systèmes SH et ORG sans travail du sol n’ont pas permis de produire de culture de maïs, mais ont fourni des cultures de soja dont le rendement était au moins deux fois moindre que le rendement des autres traitements. Il semblerait donc que la combinaison optimale de pratiques aratoires antiérosives et de systèmes de production à faible niveau d'intrants soit propre à chaque culture dans l’Est du Canada, et qu’elle serait plus facile à obtenir dans les cultures céréalières ayant une bonne capacité de compétition. Dans les cultures biologiques de l’Ouest du Canada, le travail du sol est effectué à l’aide de chisels qui causent une faible perturbation du sol, plutôt que de charrues à versoir. Toutefois, les cultures d’engrais vert (cultures de couverture estivales) sont souvent interrompues au moyen de pulvérisateurs tandems. L’écrasage au rouleau et le fauchage permettent d’interrompre efficacement les cultures d’engrais vert annuelles comme les pois de grande culture et le seigle, et entraînent souvent une réduction des mauvaises herbes par la suite. Cependant, l’absence de travail du sol peut causer une baisse du rendement des cultures de blé lorsque les cultures d’engrais vert sont interrompues au moyen d’un rouleau écraseur plutôt que par travail du sol. Les défis que présentent les systèmes de culture biologique sans travail du sol comprennent la lutte contre les mauvaises herbes vivaces et la fertilité du sol. De façon générale, les programmes culturaux souples, tels que l’ancien programme de production agricole sans pesticides du Manitoba et le programme d’Agriculture raisonnéeMC adopté au Québec, sont plus susceptibles de favoriser une prospérité durable sur le plan environnemental, économique et social, que l’adhérence stricte à des systèmes de culture organique ou sans travail du sol.

Date de modification :