Phenotypic and genetic relationships of feed efficiency with growth performance, ultrasound and carcass merit traits in Angus and Charolais steers.

Mao, F., Chen, L., Vinsky, M.D., Okine, E.K., Wang, Z., Basarab, J.A., Crews, Jr., D.H., et Li, C. (2013). « Phenotypic and genetic relationships of feed efficiency with growth performance, ultrasound and carcass merit traits in Angus and Charolais steers. », Journal of Animal Science, 91(5), p. 2067-2076. doi : 10.2527/jas.2012-5470  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’indice de consommation présente un intérêt majeur dans l’industrie des bovins de boucherie parce que le coût des aliments représente la variable économique la plus importante des productions bovines. La sélection génétique visant à améliorer l’efficacité doit se traduire par la baisse du coût de l’alimentation des animaux sans compromettre la qualité de la carcasse. Dans cette étude, nous avons évalué les corrélations phénotypiques et génétiques entre, d’une part, la consommation alimentaire résiduelle (CAR), la CAR ajustée en fonction de l’épaisseur du gras dorsal mesurée aux ultrasons à la fin de l’épreuve (CARg) et la CAR ajustée en fonction de l’épaisseur du gras dorsal et de la surface du Longissimus (CARgr) mesurées aux ultrasons et, d’autre part, les caractères liés à la croissance, les caractères mesurés aux ultrasons et les caractères liés à la valeur de la carcasse chez 551 bouvillons Angus et 417 bouvillons Charolais. Chez les bouvillons Angus, les corrélations phénotypiques et génétiques entre la CAR et les caractères liés à la valeur de la carcasse (poids de la carcasse chaude, gras dorsal, surface du Longissimus, rendement en viande maigre et persillage) n’étaient pas significatives ou étaient faibles, les coefficients variant de -0,0007 ± 0,05 à 0,18 ± 0,21. Chez les bouvillons Charolais, les corrélations phénotypiques et génétiques entre la CAR et les caractères liés à la valeur de la carcasse étaient également faibles, les coefficients variant de -0,07 ± 0,06 à 0,19 ± 0,18, exception faite de la corrélation génétique entre la CAR et l’épaisseur moyenne du gras dorsal qui était modérée et atteignait 0,42 ± 0,29. L’inclusion, dans le modèle, de l’épaisseur du gras dorsal mesurée aux ultrasons pour la prévision de la consommation journalière de matière sèche nécessaire à l’entretien a permis d’expliquer, en moyenne, une variation additionnelle de 0,5 % de la consommation de matière sèche (CMS), chez les bouvillons Angus, et de 2,3 %, chez les Charolais. Par ailleurs, l’inclusion de la mesure aux ultrasons de l’épaisseur du gras dorsal et de celle de la surface du Longissimus n’a permis d’expliquer que 0,7 % de la variance additionnelle de la CMS chez les bouvillons Angus et que 0,6 %, chez les Charolais. Nous avons conclu qu’avec la CARg ajustée en fonction de l’épaisseur du gras dorsal mesurée aux ultrasons à la fin de l’épreuve, les corrélations phénotypiques et génétiques entre la CAR et l’épaisseur du gras dorsal ou l’indice de persillage sont plus fortes chez les races à maturité tardive, comme la Charolais, que chez celles à maturité précoce, comme la Angus. Toutefois, l’inclusion des mesures aux ultrasons de la surface du Longissimus et de l’épaisseur finale du gras dorsal dans le modèle de calcul de la CAR affaiblit peu les corrélations entre la CAR et les caractères liés à la valeur de la carcasse.

Date de modification :