Testing Hybridization Hypotheses with Morphometry: the Case of Eastern American Arctic Species of Potentilla sect. Niveae (Rosaceae).

Léveillé-Bourret, É., Bailleul, S.M., Cayouette, J., et Joly, S. (2014). « Testing Hybridization Hypotheses with Morphometry: the Case of Eastern American Arctic Species of Potentilla sect. Niveae (Rosaceae). », Systematic Botany, 39(1), p. 193-204. doi : 10.1600/036364414X678017  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La reproduction asexuée, la polyploïdie et l’hybridation sont des sources bien connues de complexité taxinomique chez les angiospermes. Tous ces processus auraient cours dans la section Niveae du genre Potentilla (Rosaceae). En particulier, l’hybridation est présumée commune dans la section Niveae, mais cette hypothèse n’a jamais été vérifiée, et des études récentes laissent croire que la plasticité phénotypique pourrait parfois mieux rendre compte des intermédiaires morphologiques observés dans la nature. Pour clarifier le rôle de l’hybridation dans l’évolution de la section Niveae, nous avons vérifié deux hypothèses d’hybridation pour les espèces de l’est de l’Arctique américain. La première hypothèse est celle d’une hybridation entre le Potentilla nivea et le Potentilla arenosa, et la deuxième entre le Potentilla arenosa et le Potentilla vahliana sensu lato. Vingt-quatre caractères morphologiques quantitatifs et 12 qualitatifs ont été évalués chez des spécimens présentant une gamme de variation représentative des espèces parentales et des hybrides présumés, spécimens prélevés dans l’Arctique américain à l’est du 100e méridien. Les analyses multivariées ont montré que ces deux classes de caractères donnent des résultats congruents et que les espèces forment des groupes distincts. Les observations morphologiques semblent confirmer les deux hypothèses d’hybridation susmentionnées, quoique d’autres explications soient concevables. Nous traitons des implications possibles de ces résultats en ce qui concerne la taxinomie du genre Potentilla et l’étude de l’hybridation dans les groupes apomictiques.

Date de modification :