Changes in mouldboard plough draught and tractor fuel consumption on continuous corn after 18 years of organic and inorganic N amendments.

Liang, A.-Z., McLaughlin, N.B., Ma, B.-L., Gregorich, E.G., Morrison, M.J., Burtt, S.D., Patterson, B.S., et Evenson, L.I. (2013). « Changes in mouldboard plough draught and tractor fuel consumption on continuous corn after 18 years of organic and inorganic N amendments. », Energy, 52, p. 89-95. doi : 10.1016/j.energy.2012.10.064  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

De nombreux documents confirment que les apports d'azote organique contribuent à augmenter la teneur en carbone organique du sol ainsi qu'à en améliorer d’autres propriétés; certains rapports démontrent également qu’il en résulte une réduction de l'énergie nécessaire au travail du sol dans le cas de l'application à court terme de fertilisants organiques azotés. L'effet des apports d'azote inorganique et organique sur le carbone organique du sol est complexe, et leurs effets à long terme sur l'énergie nécessaire au travail du sol sont inconnus. Nous avons mené une expérience sur le terrain comprenant sept traitements de fertilisation azotée appliqués annuellement pendant 18 ans à une culture continue de maïs : aucun apport d'azote; application de fertilisant inorganique à raison de 100 et de 200 kg N ha-1; application de fumier en tas et de fumier décomposé, chacun à raison de 50 et de 100 Mg ha-1 (poids humide). Nous avons mesuré la résistance d'une charrue à versoir ainsi que la consommation de carburant d'un tracteur pendant le labour automnal annuel pour certaines des années. Les amendements organiques permettaient de réduire considérablement la résistance de la charrue de même que la consommation de carburant du tracteur comparativement à l'application d'un fertilisant azoté inorganique ou à l'absence d'apport d'azote; le fumier décomposé donnait à cet égard une plus grande réduction que le fumier en tas, pour la même dose, et les doses plus importantes de fumier donnaient de meilleurs résultats que les doses plus faibles. En général, les écarts tendaient à augmenter avec le temps. Après 18 ans, la résistance de la charrue et la consommation de carburant du tracteur obtenues avec l’apport de 100 Mg ha-1 de fumier décomposé étaient respectivement réduites de 41 % et de 22 % par rapport à l'absence de fertilisation azotée. Des modèles exponentiels décroissants permettent de prédire qu’environ 80 à 94 % de la réduction maximale de la résistance ont été obtenus après 18 ans d'applications annuelles de fertilisants azotés.

Date de modification :