Effect of long-term tillage and mineral phosphorus fertilization on arbuscular mycorrhizal fungi in a humid continental zone of Eastern Canada.

Sheng, M., Lalande, R., Hamel, C., et Ziadi, N. (2013). « Effect of long-term tillage and mineral phosphorus fertilization on arbuscular mycorrhizal fungi in a humid continental zone of Eastern Canada. », Plant and Soil. doi : 10.1007/s11104-013-1585-4  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Objectif : On sait que le travail du sol modifie les propriétés du sol, en particulier la dynamique du phosphore (P). L’objectif de notre étude était de distinguer les effets à long terme de la fertilisation au phosphore et ceux du travail du sol sur la prolifération des champignons mycorhiziens arbusculaires (CMA) et la structure de leur communauté. Méthodes : Dans le cadre d’une expérience à long terme (17 ans) menée dans une zone continentale humide de l’est du Canada, nous avons étudié comment le labour à la charrue à versoirs ou la culture sans labour ainsi que la fertilisation à raison de 0, 17,5 ou 35 kg P ha-1 modifient la structure de la communauté des CMA et les densités de leurs hyphes et de leurs spores dans deux couches de sol (0 à 15 cm et 15 à 30 cm), après la récolte de soja. Nous avons examiné les relations entre la CMA et les attributs du sol et des végétaux. Résultats : Au bout de 17 ans, les couches de sol de 0 à 15 cm et de 15 à 30 cm différaient par leurs propriétés dans les parcelles labourées à la charrue à versoirs, mais pas dans les parcelles non labourées (semis direct), et le labourage (charrue à versoirs) a accru les teneurs du sol en P disponible. La fertilisation phosphorée a accru les teneurs en P du sol et du soja. Les effets des traitements sur les densités des hyphes et des spores de CMA étaient plus grands dans la couche de 0 à 15 cm que dans celle de 15 à 30 cm, tandis que les effets sur la structure de la communauté des CMA n’ont pas varié entre les deux couches. Dans la couche de 0 à 15 cm, la fertilisation phosphorée a accru la densité des spores et réduit la densité des hyphes, et le labourage a réduit la densité des spores. Nous avons détecté un total de huit phylotypes de CMA. La fertilisation phosphorée a réduit la richesse en phylotypes de CMA et leur indice de diversité de Shannon. La disponibilité du P dans le sol était plus élevée dans les parcelles labourées. Ainsi, l’effet de la fertilisation phosphorée sur le nombre de phylotypes de CMA détectés variait selon le régime de travail du sol : il diminuait avec la fertilisation phosphorée dans les parcelles labourées, mais augmentait dans les parcelles non labourées. Conclusion : La fertilisation phosphorée modifie l’allocation de ressources en favorisant les propagules de CMA au détriment de leurs hyphes, et elle réduit la diversité génétique des CMA du sol; le labourage accroît la disponibilité du P et exacerbe donc l’effet de la fertilisation phosphorée.

Date de modification :