Olive twig and branch dieback: Etiology, incidence, and distribution in California.

Urbez-Torres, J.R., Peduto, F., Vossen, P.M., Krueger, W.H., et Gubler, W.D. (2013). « Olive twig and branch dieback: Etiology, incidence, and distribution in California. », Plant Disease, 97(2), p. 231-244. doi : 10.1094/pdis-04-12-0390-re  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

En Californie, nous avons isolé 18 espèces de champignons du bois symptomatique d’oliviers (Olea europaea) présentant des signes de dépérissement des branches et des rameaux que nous avons identifiées par l’étude de leurs caractères morphologiques et l’analyse de séquences multigéniques de la région de l’espaceur interne transcrit (ITS) (ITS1-5.8S-ITS2), d’une séquence partielle du gène de la β-tubuline et une partie du gène du facteur d’élongation 1-α (EF1-α), un facteur de traduction. Les espèces isolées sont Diaporthe viticola, Diatrype oregonensis, Diatrype stigma, Diplodia mutila, Dothiorella iberica, Lasiodiplodia theobromae, Phaeomoniella chlamydospora, des Phomopsis des groupes 1 et 2, Schizophyllum commune, signalées pour la première fois sur l’olivier, Eutypa lata, Neofusicoccum luteum, Neofusicoccum vitifusiforme, Phaeoacremonium aleophilum, signalées pour la première fois sur l’olivier aux États-Unis, Botryosphaeria dothidea, Diplodia seriata, Neofusicoccum mediterraneum et Trametes versicolor, déjà signalées sur l’olivier en Californie. Des études de pathogénicité, menées par inoculation des champignons dans les branches d’oliviers Manzanillo et Sevillano, ont révélé que N. mediterraneum et Diplodia mutila sont les espèces les plus virulentes, Diatrype stigma et D. oregonensis, les moins virulentes, les autres espèces étant de virulence intermédiaire. Ces travaux ont levé le voile sur la cause du dépérissement des branches et des rameaux de l’olivier et nous ont permis de connaître la plupart des champignons pathogènes à l’origine de cette maladie en Californie.

Date de modification :