Analysis of health and survival in a population of Ontario Holstein heifer calves.

McCorquodale, C.E., Sewalem, A., Miglior, F., Kelton, D.F., Robinson, A., Koeck, A., et Leslie, K.E. (2013). « Analysis of health and survival in a population of Ontario Holstein heifer calves. », Journal of Dairy Science (JDS), 96(3), p. 1880-1885. doi : 10.3168/jds.2012-5735  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’objectif de la présente étude était d’étudier la santé et la survie des veaux femelles de 16 exploitations du sud-ouest de l’Ontario. À partir de janvier 2008, les techniciens en recherche se sont rendus hebdomadairement dans les exploitations pendant 16 mois pour prélever des échantillons sanguins et mesurer divers paramètres servant à déterminer l’état de santé global des veaux. Nous avons analysé les données depuis la naissance jusqu’à l’âge de 90 à 120 jours de 1 588 veaux femelles de race Holstein. Initialement, nous avions effectué une analyse de survie pour déterminer quels facteurs de vêlage augmentent le risque de mortalité des veaux. Les facteurs examinés étaient le type de vêlage, la facilité de vêlage, la saison de vêlage, les protéines sériques totales, le poids et le traitement du veau durant la première semaine suivant le vêlage, le nombre total de traitements et l’atteinte par le complexe respiratoire bovin. De manière générale, les facteurs suivants contribuaient tous à augmenter le risque de mortalité : naissance en automne (d’octobre à décembre), faible concentration de protéines sériques totales, faible poids, traitement d’une maladie durant la première semaine suivant la naissance, augmentation du nombre de traitements et traitement visant le complexe respiratoire bovin. Nous avons estimé les paramètres génétiques déterminant la nécessité d’un contre une maladie, la survie, l’atteinte par le complexe respiratoire bovin, d’autres maladies, la hauteur et le poids de l’animal. Les valeurs d’héritabilité de traitement, de survie et des maladies étaient faibles (de 0,04 à 0,07) et n’étaient pas significatives. Des valeurs d’héritabilité modérées et significatives ont été observées pour la hauteur (de 0,33 à 0,45) et le poids (de 0,24 à 0,44). Les traitements et la survie jusqu’à l’âge de 90 à 120 jours étaient favorablement corrélés, ce qui indique que les veaux nécessitant moins de traitements ont un taux de survie plus élevé et vice versa. De plus, nous avons observé que le poids avait tendance à présenter une corrélation génétique favorable (de −0,22 à −0,53) avec le traitement des maladies, ce qui indique que les veaux dont le poids était plus élevé durant le premier mois de vie étaient génétiquement plus résistants aux maladies que ceux dont le poids était moyen. Dans l’ensemble, nos résultats illustrent le potentiel de l’utilisation des données sur les maladies et la survie des veaux pour l’amélioration génétique des bovins laitiers. Il faudrait un examen plus poussé et une meilleure collecte de données pour caractériser dans toute leur ampleur les répercussions de la génétique sur la santé et la survie des veaux femelles de race laitière.

Date de modification :