Characterization of Chinese eggplant isolates of the fungal pathogen Verticillium dahliae from different geographic origins.

Xu, Z., Ali, Z., Hou, X., Li, H., Yi, J., et Abbasi, P.A. (2013). « Characterization of Chinese eggplant isolates of the fungal pathogen Verticillium dahliae from different geographic origins. », Genetics and Molecular Research, 12(1), p. 183-195. doi : 10.4238/2013.January.24.11  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le Verticillium dahliae est un champignon pathogène qui cause une flétrissure chez diverses plantes hôtes. Il est essentiel de connaître les différences de virulence et les différences morphologiques et moléculaires existant entre les isolats de V. dahliae d’origines géographiques diverses pour pouvoir produire des cultivars résistants à la maladie dans le cadre des programmes d’amélioration. Nous avons donc caractérisé les variations de la virulence parmi des isolats de V. dahliae provenant d’aubergines cultivées dans le nord-est de la Chine; pour ce faire, nous avons réalisé des essais de pathogénécité en serre avec des spécimens d’aubergine sensibles, modérément résistants et résistants à la maladie, que nous avons infectés par trempage des racines. En outre, nous avons caractérisé la morphologie des isolats, en les cultivant sur gélose dextrosée à la pomme de terre, et avons analysé les variations génétiques au moyen de marqueurs ISSR. Nous avons réparti les 12 isolats entre 3 pathotypes, en fonction de leur virulence (forte, modérée ou faible). Les trois isolats de forte virulence appartenaient à un pathotype causant la chute des feuilles, et les autres isolats, de virulence modérée ou faible, appartenaient à un pathotype ne causant pas la chute des feuilles. Nous avons également classé les isolats en trois types morphologiques, ou morphotypes : hyphe, hyphe-sclérote et sclérote. Nous n’avons observé aucune corrélation significative entre les pathotypes et les morphotypes ou entre ces caractères et l’origine géographique. Selon les profils génétiques établis au moyen des marqueurs ISSR, la diversité génétique des isolats allait de 0,26 à 0,69. Nous n’avons observé aucune corrélation entre ces profils et le pathotype ou le morphotype. Cependant, l’analyse ISSR a montré l’existence de deux groupes réunissant chacun des isolats provenant d'une même région ou de régions voisines.

Date de modification :