A Molecular Phylogeny for Yponomeutoidea (Insecta, Lepidoptera, Ditrysia) and Its Implications for Classification, Biogeography and the Evolution of Host Plant Use.

Sohn, J.-C., Regier, J.C., Mitter, C., Davis, D.R., Landry, J.-F., Zwick, A., et Cummings, M.P. (2013). « A Molecular Phylogeny for Yponomeutoidea (Insecta, Lepidoptera, Ditrysia) and Its Implications for Classification, Biogeography and the Evolution of Host Plant Use. », PLoS ONE, 8(1, Article No. e55066). doi : 10.1371/journal.pone.0055066  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Contexte : Les Yponomeutoidea, une des premières lignées divergentes de lépidoptères dytrisiens, englobent mondialement près de 1 800 espèces. Certaines de ces espèces sont des ravageurs importants, tandis que d'autres ont été utilisées comme modèle pour l'étude des interactions plantes-insectes. Les Yponomeutoidea ont été l’un des premiers clades de lépidoptères à devenir ectophage et à coloniser de façon massive les angiospermes herbacées. Malgré la valeur économique du groupe et son importance pour retracer l’évolution des lépidoptères, la biodiversité et la phylogénie des Yponomeutoidea ont été relativement peu étudiées. Méthodes/principales observations : Huit gènes nucléaires (8 kb) ont été initialement séquencés pour 86 espèces présumées d’Yponomeutoidea, englobant tous les groupes supragénériques déjà reconnus ainsi que 53 groupes externes représentant 22 familles et 12 superfamilles. Onze à 19 gènes additionnels, pour un total de 14,8 à 18,9 kb, ont ensuite été échantillonnés pour un sous‑ensemble de taxons, incluant 28 Yponomeutoidea et 43 groupes externes. Nous avons réalisé des analyses du maximum de vraisemblance sur des ensembles de données différant par le nombre de gènes, l’intégralité de la matrice, l’inclusion/la pondération de substitutions synonymes et l’inclusion/l’exclusion de taxons « anormaux ». La monophylie des Yponomeutoidea a été très fortement appuyée lorsque 18 taxons « anormaux » ont été exclus; elle a sinon été appuyée de façon modérée. Les résultats de différentes analyses sont très cohérents, et les liens entre les Yponomeutoidea sont bien étayés dans l’ensemble. D’une manière générale, les résultats viennent clairement renforcer l’hypothèse de la monophylie des familles déjà reconnues sur le plan morphologique, dont les suivantes : Yponomeutidae, Ypsolophidae, Plutellidae, Glyphipterigidae, Argyresthiidae, Attevidae, Praydidae, Heliodinidae et Bedelliidae. Nous avons également attribué le rang de famille aux Scythropiinae (Scythropiidae, stat. rev.) qui, dans notre arbre phylogénétique, sont étroitement apparentés aux Bedelliidae, contrairement à tout ce qui avait été proposé jusqu’à maintenant. Nous présentons une hypothèse de travail sur les relations au sein des familles, ainsi qu’une classification supérieure informelle. Les associations entre les familles de plantes hôtes et les sous‑familles et familles d’Yponomeutoidea ne sont pas aléatoires; il n’y a cependant pas de tendance suggérant une phylogenèse parallèle. Selon notre analyse, les caractérisations précédentes des Yponomeutoidea, qui les classaient comme principalement holarctiques, étaient fondées sur un échantillonnage insuffisant. Conclusions/importance : Nous présentons la première phylogenèse moléculaire robuste relativement aux Yponomeutoidea, accompagnée d’une modification de la classification et de nouvelles informations sur leur évolution et leur biogéographie

Date de modification :