Investigation of the prevalence of thermophilic Campylobacter species at Lake Simcoe recreational beaches.

Khan, I.U.H., Hill, S., Nowak, E.K., Palmer, ME., Jarjanazi, H., Lee, D.-Y., Mueller, M., Schop, R., Weir, S., Irwin Abbey, A.-M., Winter, J., et Edge, T.A. (2013). « Investigation of the prevalence of thermophilic Campylobacter species at Lake Simcoe recreational beaches. », Inland Waters, 3(1), p. 93-104. doi : 10.5268/iw-3.1.582  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Des espèces de Campylobacter thermophiles, mises en cause dans des infections gastrointestinales chez l’humain, peuvent se retrouver dans les eaux de ruissellement agricoles, les rejets d’eaux usées et les excréments des animaux domestiques et des animaux sauvages, notamment des oiseaux. Nous avons élaboré une étude de deux ans pour examiner la présence des espèces de Campylobacter thermophiles primaires (C. jejuni, C. coli et C. lari) associées à des maladies humaines dans cinq plages récréatives du lac Simcoe, en Ontario (Canada). Suivant notre programme d’échantillonnages bihebdomadaires, nous avons prélevé des échantillons d’eau dans 3 zones de profondeur (eau interstitielle du sable, zone où l’eau arrive à la cheville et zone où l’eau arrive à hauteur de poitrine). Pour identifier les sources de contamination possibles, nous avons aussi prélevé des échantillons dans 4 rivières du voisinage correspondant à certaines plages, quelques échantillons d’excréments frais de mouettes, de goélands et de bernaches du Canada sur les plages, et de l’eau d’un exutoire d’eaux pluviales. Nous avons recherché lesCampylobacter dans les échantillons d’eau et de matières fécales suivant une méthode d’isolement et de détection par culture d’enrichissement appelée méthode du nombre minimum probable. Les Campylobacter thermophiles étaient généralement peu fréquents et les concentrations étaient faibles (≤ 30 cellules L-1) dans toutes les stations d’échantillonnage; nous en avons détecté dans 12 % des échantillons d’eau provenant des plages (n = 289), par comparaison à 14 % dans les rivières (n = 100). C. jejuni et C. lari sont les espèces qui ont été le plus souvent détectées. Neuf isolats de Campylobacter inconnus ayant fait l’objet d’un séquençage plus poussé se sont révélés plus étroitement apparentés à des Arcobacter. Dans les échantillons provenant des plages, les Campylobacter thermophiles ont été détectés généralement plus souvent dans l’eau interstitielle du sable que dans les échantillons prélevés dans la zone où l’eau arrive à la cheville ou dans la zone où l’eau arrive à hauteur de poitrine. Ces résultats semblent indiquer que le sable, les cours d’eau et les excréments des oiseaux pourraient être des sources de contamination par Campylobacter sur les plages récréatives du lac Simcoe.

Date de modification :