Genomic segments RNA1 and RNA2 of Prunus necrotic ringspot virus codetermine viral pathogenicity to adapt to alternating natural Prunus hosts.

Cui, H., Hong, N., Wang, G.P., et Wang, A.M. (2013). « Genomic segments RNA1 and RNA2 of Prunus necrotic ringspot virus codetermine viral pathogenicity to adapt to alternating natural Prunus hosts. », Molecular Plant-Microbe Interactions, 26(5), p. 515-527. doi : 10.1094/MPMI-12-12-0282-R  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le virus des taches annulaires nécrotiques des Prunus (PNRSV, pour « Prunus necrotic ringspot virus ») nuit à la production des arbres fruitiers du genre Prunus à l’échelle mondiale. À ce jour, de nombreux isolats de PNRSV présentant différentes propriétés pathologiques ont été documentés. Afin d’étudier la pathogénicité du PNRSV ayant une incidence directe ou indirecte sur les pertes économiques dues à l’infection des arbres fruitiers, nous avons récemment séquencé le génome complet de l’isolat Pch12 de la pêche (groupe PV32 [pathogénicité agressive]) et de l’isolat Chr3 de la cerise (groupe PV96 [agressivité modérée]). Nous avons créé les clones d’ADNc pleine longueur dérivés de Chr3 et de Pch12 qui étaient infectieux chez le concombre utilisé comme hôte expérimental et leur hôte Prunus naturel respectif. Les clones dérivés de Pch12 ont provoqué des symptômes beaucoup plus marqués que Chr3 chez le concombre, et l’écart de pathogénicité entre Chr3 et Pch12 a été associé à une accumulation du virus. Par un réarrangement de segments génomiques, une substitution de segments génomiques partiels et une mutagenèse dirigée, nous avons identifié la séquence nucléotidique 3’‑terminale (région 1C) de l’ARN1 et la lysine (K) à la position 279 de la protéine P2 codée par l’ARN2 comme étant les déterminants de la virulence marquée du Pch12. Des expériences de gain de fonction ont montré que la région 1C et le K279 du Pch12 étaient nécessaires pour qu’il y ait virulence marquée et accumulation importante du virus. Nos résultats semblent indiquer que l’ARN1 et l’ARN2 du PNRSV sont des codéterminants de la pathogénicité du virus s’adaptant à ses différents hôtes naturels du genre Prunus probablement par la médiation de l’accumulation du virus.

Date de modification :