Female-biased sex ratio shifts in a solitary parasitoid and their effects on virginity, population dynamics, and biological control.

Wogin, M.J., Gillespie, D.R., Haye, T., et Roitberg, B.D. (2013). « Female-biased sex ratio shifts in a solitary parasitoid and their effects on virginity, population dynamics, and biological control. », Entomologia Experimentalis et Applicata, 146(1), p. 165-176. doi : 10.1111/eea.12009  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les guêpes parasitoïdes femelles accouplées peuvent déterminer le sexe de leurs descendants en exposant ou non leurs œufs aux spermatozoïdes. Les femelles qui n’ont pas réussi à s’accoupler sont limitées toutefois à ne produire que des descendants mâles, car aucun de leurs œufs n’est fécondé. Nous avons intégré les effets de ces rapports des sexes – parfois limités, parfois flexibles – observés chez les guêpes parasitoïdes dans un modèle des populations Nicholson‑Bailey de base. Nous avons constaté que le cas moins commun d’une proportion de femelles de plus en plus élevée en réaction à la compétition peut déstabiliser la dynamique et entraîner tant des effets positifs que des effets négatifs sur la suppression de l’hôte. Nous avons intégré aussi dans le modèle les effets de la virginité découlant d’un manque de mâles. La virginité a eu des effets stabilisateurs sur la dynamique de la population parasitoïde‑hôte et a empêché une augmentation marquée de la proportion de femelles dans une population de parasitoïdes. Nous avons constaté que les changements dans la suppression de l’hôte causés par ces nouveaux comportements pouvaient être positifs ou négatifs, et qu’ils dépendaient fortement de l’efficacité de la recherche du parasitoïde.

Date de modification :