Phenotypic effects of the flowering gene complex in Canadian spring wheat germplasm.

Kamran, A., Randhawa, H.S., Pozniak, C.J., et Spaner, D.M. (2013). « Phenotypic effects of the flowering gene complex in Canadian spring wheat germplasm. », Crop Science, 53(1), p. 84-94. doi : 10.2135/cropsci2012.05.0313  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le blé (Triticum aestivum L.) possède une capacité génétique inhérente de synchroniser sa floraison et sa maturation avec une vaste gamme de périodes de croissance. C’est donc une des plantes alimentaires dont la zone d’adaptation est la plus grande et dont la culture est la plus répandue. Les gènes responsables du besoin en vernalisation et de la réaction à la photopériode jouent un rôle de première importance dans cette capacité d’adaptation. Nous avons étudié la réaction phénotypique, au champ et en serre, de 102 lignées ou cultivars canadiens de blé de printemps mis au point de 1885 à 2008 et appartenant aux classes CWRS (blé roux de printemps de l’Ouest canadien), CPSR (blé roux de printemps Canada Prairie) et CWSWS (blé tendre blanc de printemps de l’Ouest canadien). Presque tous les cultivars de blé roux vitreux possédaient le gène Vrn A1a, seul ou en combinaison avec le gène dominant Vrn B1, tandis que 74 % des lignées de blé tendre blanc, à rendement plus élevé, possédaient le gène Vrn B1, seul ou en combinaison avec d’autres gènes Vrn. Le gène Vrn A1a, seul ou en combinaison avec le gène Vrn B1, était celui qui possédait la plus forte capacité de conférer une maturation hâtive. Au champ, le gène Ppd D1a ne modifiait pas la précocité de floraison et de maturation des cultivars de blé roux vitreux étudiés, mais il avait un tel effet en serre. Le gène Ppd D1a rendait plus hâtive la floraison du blé tendre blanc de printemps, mais ne modifiait pas sa précocité de maturation. Dans la plus grande partie du matériel canadien moderne, le gène de sensibilité à la photopériode Ppd D1b est remplacé par le gène d’indifférence à la photopériode Ppd D1a; il semble donc que ce dernier a une valeur adaptative dans les Prairies. Une analyse globale des données visant les cultivars de blé roux vitreux mis en circulation de 1885 à 2008 a montré que le nombre de jours requis pour la maturation a diminué de 0,04 jour par année au cours de cette période, alors que le rendement grainier a augmenté de 8 kg ha-1 par année. Les résultats de la présente étude pourront aider les sélectionneurs de blé à choisir des parents possédant les combinaisons voulues de besoin en vernalisation et de réaction à la photopériode.

Date de modification :