Impact of insecticide and fungicide residue contact on plum curculio, Conotrachelus nenuphar (Herbst),mobility and mortality: implications for pest management.

Leskey, T.C., Wright, S.E., Saguez, J., et Vincent, C. (2013). « Impact of insecticide and fungicide residue contact on plum curculio, Conotrachelus nenuphar (Herbst),mobility and mortality: implications for pest management. », Pest Management Science, 69(4), p. 464-470. doi : 10.1002/ps.3445  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

CONTEXTE : Nous avons évalué les effets de sept insecticides neurotoxiques (esfenvalérate, indoxacarbe, clothianidine, thiaclopride, azinphosméthyl, phosmet et imidaclopride), d’un régulateur de croissance des insectes (novaluron) et de deux fongicides (myclobutanine and mancozèbe) sur les déplacements horizontaux de charançons de la prune exposés à des résidus de pesticides séchés. Nous avons utilisé de l’eau comme témoin. Nous avons enregistré les déplacements des charançons durant une période de deux heures à l’aide d’un logiciel de suivi du comportement. La mortalité a été notée immédiatement après les expériences de mobilité horizontale et 24 heures plus tard. RÉSULTATS : L’esfenvalérate a eu l’impact le plus marqué sur la mobilité des charançons. Immédiatement après avoir été exposés à ce composé, les charançons se sont déplacés sur des distances significativement plus grandes et durant une période significativement plus longue que les charançons exposés aux autres composés. L’esfenvalérate a également provoqué la plus forte mortalité (> 86,0 %) après 24 h. L’exposition à l’azinphosméthyl et au phosmet a également induit une forte mortalité, mais l’impact de ces deux composés sur la mobilité des charançons était moindre. L’indoxacarbe, le thiaclopride, l’imidaclopride, le novaluron, la myclobutanine et le mancozèbe n’ont eu aucun effet sur la mobilité des charançons et n’ont provoqué dans le meilleur des cas qu’une faible mortalité. La clothianidine a eu un effet sur la mobilité après une exposition de 2 h et induit une forte mortalité (60 %) après 24 h. CONCLUSIONS : Nos résultats indiquent que dans un verger traité, les charançons de la prune exposés à des résidus de pesticide séchés sont probablement de se déplacer pour trouver leur nourriture avant de succomber aux effets toxiques des produits auxquels ils ont été exposés. Les effets incapacitants de certains pesticides comme l’esfenvalérate peuvent toutefois se manifester plus rapidement.

Date de modification :