Incidence du microorganisme tellurique Rhizoctonia solani sur les plantules de canola après application d'un herbicide au glyphosate.

Rashid, A., Hwang, S.F., Ahmed, H.U., Turnbull, G.D., Strelkov, S.E., et Gossen, B.D. (2013). « Incidence du microorganisme tellurique Rhizoctonia solani sur les plantules de canola après application d'un herbicide au glyphosate. », Canadian Journal of Plant Science, 93(1), p. 97-107. doi : 10.4141/cjps2012-109  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Appliquer du glyphosate (N-phosphonométhyl glycine) avant les semis est une pratique courante en agriculture. On craint cependant que cette pratique accroisse l’incidence des maladies véhiculées par le sol sur la culture, même quand la variété résiste à l’herbicide. Dans cette étude, les auteurs ont examiné les répercussions d’une application de glyphosate avant l’ensemencement sur la fonte des semis attribuable à Rhizoctonia solani, chez le canola. Ils ont aussi examiné la croissance subséquente de la culture au champ et en serre. En serre, dans un sol inoculé avec R. solani, l’application de glyphosate 15 jours avant l’ensemencement diminue la levée, accroît la fonte des semis et réduit la hauteur des plants ainsi que le poids sec des pousses de canola, comparativement à la culture témoin qui n’avait pas été traitée. Néanmoins, les effets secondaires diminuent sensiblement quand l’ensemencement a lieu 33 jours après l’application. On en conclut qu’appliquer du glyphosate avant la plantation pourrait accroître l’impact de R. solani sur les plantules de canola, mais que ces effets s’atténuent très vite. La population de R. solani dans le sol s’affaiblit au cours de la période de 33 jours, que l’on utilise ou pas du glyphosate. L’application de glyphosate 10 jours avant l’ensemencement a favorisé la levée des plantules et le rendement grainier (une année sur deux) du canola dans les essais au champ sur du sol inoculé avec R. solani.

Date de modification :