The decrease in milk yield during once daily milking is due to regulation of synthetic activity rather than apoptosis of mammary epithelial cells in goats.

Chedly, H.B., Lacasse, P., Marnet, P.-G., et Boutinaud, M. (2013). « The decrease in milk yield during once daily milking is due to regulation of synthetic activity rather than apoptosis of mammary epithelial cells in goats. », Animal, 7(1), p. 124-133. doi : 10.1017/s1751731112001176  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Par comparaison à la double traite quotidienne, la traite quotidienne unique est une pratique qui peut améliorer les conditions de travail et les coûts de production dans les exploitations laitières. Toutefois, la traite unique est associée à une baisse du rendement laitier. Des travaux antérieurs ont montré que l’un des facteurs régulateurs concourant à cette baisse pourrait être la perturbation des jonctions serrées de la glande mammaire. Dans les travaux présentés ici, nous avons étudié le rôle de la perturbation de l’épithélium mammaire dans la régulation de l’activité et de la dynamique des cellules épithéliales mammaires pendant 5 semaines chez des chèvres traites une fois par jour. À cette fin, nous avons réparti 12 chèvres alpines (en lactation depuis 47 ± 1,6 jours; production de 3,67 ± 0,64 kg/jour) en deux groupes, l’un soumis à un régime de double traite, l’autre, à un régime de traite unique pendant 5 semaines, puis de nouveau au régime de double traite. Nous avons fait des biopsies mammaires les jours 2 et 16 de la période de traite unique et de la période de retour au régime de double traite. Les jours 1, 7, 21 et 28 de la période de traite unique, de même que les jours 1 et 7 de la période de retour à la traite double, nous avons extrait et purifié les cellules épithéliales du lait. Ces tissus et ces cellules nous ont servi à déterminer par PCR en temps réel la concentration d’ARNm des gènes intervenant dans la régulation de l’activité de synthèse et de l’apoptose. La traite unique a fait baisser le rendement en lait (-23 %), en lactose (-23 %) et en caséine (-16 %). La synthèse de lactose était régulée à l’étape de la transcription par la régulation à la baisse de l’ARNm de la α-lactalbumine, ce qui a été constaté tant dans les tissus (-30 %) que dans les cellules épithéliales mammaires du lait (-74 %). La coloration des tissus de glandes mammaires biopsiés par marquage à la dUTP-biotine relayé par la terminal désoxynucléotidyl transférase n’a révélé aucune augmentation de l’apoptose cellulaire après 2 et 16 jours de traite unique (0,8 % et 1 %, respectivement), malgré la régulation à la hausse de l’ARNm de Bax dans les cellules épithéliales mammaires du lait. Ces résultats pourraient indiquer que la baisse du rendement laitier observée durant la période de traite unique est due à la diminution de l’activité de synthèse plutôt qu’à la mort des cellules épithéliales mammaires. La traite unique a entraîné la perturbation des jonctions serrées des glandes mammaires seulement le premier jour du régime, ce qui s’est vérifié par l’augmentation de la concentration de lactose dans le sang : ainsi, la baisse d’activité dans les cellules épithéliales mammaires observée pendant les 5 semaines de traite unique n’est pas attribuable à la perturbation des jonctions serrées. L’effet des 5 semaines de traite unique ne s’est pas répercuté sur la production de lait. Il semble donc que la baisse du rendement laitier qui survient durant la période de traite unique chez les chèvres soit due à la régulation de l’activité de synthèse plutôt qu’à l’apoptose des cellules épithéliales mammaires.

Date de modification :