Effect of gaseous ozone on papaya anthracnose.

Ong, M.K., Kazi, F.K., Forney, C.F., et Ali, A. (2013). « Effect of gaseous ozone on papaya anthracnose. », Food and Bioprocess Technology, 6(11), p. 2996-3005. doi : 10.1007/s11947-012-1013-4  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’anthracnose causée par le champignon Colletotrichum gloeosporioides est considérée comme une des maladies les plus destructrices à toucher les papayes après la récolte. La présente étude visait à évaluer l’efficacité d’une technique de protection antifongique à l’ozone gazeux comme moyen de prévenir l’anthracnose chez les papayes entreposées en chambre froide. Nous avons exposé ces fruits à 0 (témoin), 0,04, 1,6 ou 4 ppm d’ozone pendant 48, 96 ou 144 heures, puis nous avons évalué in vitro les taux de croissance radiale du mycélium et de germination des conidies. Nous avons constaté une inhibition significative (p < 0,05) de la croissance radiale du mycélium du C. gloeosporioides avec tous les traitements à l’ozone, par rapport au traitement témoin, durant 8 jours d’incubation à la température ambiante (25 ± 3 °C). L’exposition des papayes à 1,6 ppm d’ozone pendant 96 heures a retardé l’apparition de la maladie et en a réduit la fréquence à 40 %, tandis que la gravité de la maladie a été cotée à 1,7, après 28 jours d’entreposage à 12 ± 1 °C et à 80 % d’humidité relative. Un examen au microscope électronique à balayage a révélé que l’exposition à 4 ppm d’ozone avait provoqué une désintégration de la structure des conidies, sans endommager la cuticule du fruit. La fumigation à l’ozone permet donc de réduire les pertes causées par l’anthracnose après la récolte des papayes.

Date de modification :