Association of single nucleotide polymorphisms in CAPN1 and CAST genes with beef tenderness from Spanish commercial feedlots.

Avilés, C., Juárez, M., Peña, F., Domenech, V., Clemente, I., et Molina, A. (2013). « Association of single nucleotide polymorphisms in CAPN1 and CAST genes with beef tenderness from Spanish commercial feedlots. », Czech Journal of Animal Science, 58(10), p. 479-487.

Résumé

Nous avons examiné la fréquence de deux SNP dans les gènes codant la μ-calpaïne (CAPN1) et la calpastatine (CAST) chez des races croisées commerciales locales et étrangères utilisées dans le sud-ouest de l’Espagne (Charolais, Limousin et Retinta) et évalué l’association de ces marqueurs avec l’analyse de la texture chez des animaux engraissés dans différentes conditions. La fréquence des marqueurs a été estimée dans une population de 286 taureaux de race croisée et nous avons utilisé le muscle longisimus dorsi de 161 animaux sélectionnés pour mesurer la force de cisaillement de Warner-Bratzler dans des échantillons crus et cuits à trois temps de vieillissement (1, 7 et 21 jours). Nous avons constaté des différences significatives (p ≤ 0,05) dans la force de cisaillement des échantillons de viande crue et cuite, aux trois temps de vieillissement, chez les trois races croisées examinées. Des associations importantes ont été observées entre la force de cisaillement de la viande crue des animaux de la race Charolais et le marqueur CAPN1 (p = 0,019), ainsi qu’entre le polymorphisme du gène codant la CAST et la force de cisaillement (p = 0,027) chez les animaux de la race Limousin. Aucune association n’a été trouvée entre les marqueurs et la force de cisaillement chez les animaux de la race Retinta (P > 0,05). En revanche, malgré l’utilité que pourraient avoir ces marqueurs dans des populations précises en raison de leur effet sur des paramètres objectifs de texture, aucune association significative (p > 0.05) n’a été relevée dans le cas de la viande cuite des races croisées commerciales espagnoles utilisées dans cette étude. Il faudra d’autres études avec un plus grand nombre d’animaux pour confirmer ces résultats.

Date de modification :