Growth-promoting effects of caseinomacropeptide from cow and goat milk on probiotics.

Robitaille, G. (2013). « Growth-promoting effects of caseinomacropeptide from cow and goat milk on probiotics. », Journal of Dairy Research, 80(1), p. 58-63. doi : 10.1017/S0022029912000660  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le caséinomacropeptide (CMP), un fragment de phosphoglycopolypeptide de 7 kDa issu de la κ‑caséine durant l’emprésurage du lait, est hétérogène par sa glycosylation post-traductionnelle. Plusieurs chercheurs ont fait état de la stimulation de la croissance que le CMP exerce sur les bactéries acidolactiques du genre Bifidobacterium. Dans les travaux présentés ici, nous avons étudié l’effet de la glycosylation et des variations de séquences entre les CMP bovins et caprins sur la croissance de deux probiotiques : Lactobacillus rhamnosus RW-9595-M et Bifidobacterium thermophilum RBL67. Nous avons mesuré l’activité de stimulation de la croissance exercée par le CMP (mélange de fractions glycosylées [CMPg] et non glycosylées [CMPa]), le CMPa et le CMPg dans un milieu de culture de base minimal par turbidimétrie sur microplaque à 37 °C. L’enrichissement du milieu de culture à raison de 2 mg/mL a entraîné une augmentation significative de la croissance maximale allant de 1,5 à 1,8 fois selon la souche, l’additif (CMP, CMPa ou CMPg) et l’origine bovine ou caprine du CMP (P < 0,05). Les préparations de CMP ont aussi accéléré l’atteinte du point de fléchissement de la courbe de croissance et entraîné l’augmentation de la densité cellulaire à ce point (P < 0,05). Les effets des préparations de CMP dépendaient de la dose et étaient supérieurs dans une mesure significative à ceux de la β-lactoglobuline bovine ajoutée au milieu de culture. Comme le CMPg et le CMPa étaient aussi efficaces que les CMP bovin et caprin (P > 0,1), nous avons conclu qu’il n’est pas essentiel que des oligosaccharides soient liés au CMP pour qu’il exerce son activité de facteur de croissance.

Date de modification :