Multidrug resistance protein gene expression in Trichoplusia ni caterpillars.

Simmons, N.J., D’Souza, O., Rheault, M., et Donly, B.C. (2013). « Multidrug resistance protein gene expression in Trichoplusia ni caterpillars. », Insect Molecular Biology, 22(1), p. 62-71. doi : 10.1111/imb.12003  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Des phénotypes résistants aux pesticides existent chez de nombreuses espèces d’insectes. Un des mécanismes pouvant favoriser l’acquisition d’une telle résistance est la surexpression des protéines transporteuses conférant une multirésistance aux insecticides (MDR). Nous décrivons ici le clonage de trois gènes codant des protéines de multirésistance chez le Trichoplusia ni : trnMDR1, trnMDR2 et trnMDR3. Une analyse par PCR quantitative en temps réel (qPCR) a révélé la présence d’ARNm de trnMDR dans l’ensemble du système nerveux, l’intestin moyen et les tubes de Malpighi de chenilles de T.  ni du dernier stade. Pour vérifier si ces gènes sont régulés à la hausse en réponse à une agression chimique chez cet insecte, nous avons eu recours à la qPCR pour comparer les quantités d’ARNm de trnMDR détectées chez des chenilles témoins non exposées à celles détectées chez des chenilles exposées par voie orale à la deltaméthrine, un pyréthroïde synthétique. Une faible hausse a été enregistrée seulement dans le cas du gène trnMDR2 qui, des trois gènes MDR, est le plus faiblement exprimé. Ce résultat semble indiquer que la hausse de ce type de multirésistance n’est pas un élément important de la réponse à l’exposition à la deltaméthrine.

Date de modification :