Evidence that the Biofungicide Serenade® (Bacillus subtilis) Suppresses Clubroot on Canola via Antibiosis and Induced Host Resistance.

Lahlali, R.L., Peng, G., Gossen, B.D., McGregor, L., Yu, F.Q., Hynes, R.K., Hwang, S.F., McDonald, M.R., et Boyetchko, S.M. (2013). « Evidence that the Biofungicide Serenade® (Bacillus subtilis) Suppresses Clubroot on Canola via Antibiosis and Induced Host Resistance. », Phytopathology, 103(3), p. 245-254. doi : 10.1094/PHYTO-06-12-0123-R  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La présente étude visait à déterminer l’effet de la date d’application du biofongicide Serenade® (Bacillus subtilis QST713) ou d’une de ses composantes (filtrat du produit ou suspension de cellules bactériennes) sur l’infection du canola par le Plasmodiophora brassicae, en conditions contrôlées. Nous avons appliqué le biofongicide ou ses composantes à un terreau mélangé infesté de P. brassicae, en utilisant une concentration de 5 % (en volume ou en équivalents d’unité formatrice de colonie, selon le cas). L’application a été faite par bassinage du sol à l’ensemencement et/ou à la transplantation, effectuée 7 ou 14 jours après l’ensemencement, ce qui a permis de cibler à la fois les zoospores primaires et secondaires du P. brassicae. Au moyen d’une PCR quantitative (qPCR), nous avons évalué la colonisation des racines par le B. subtilis et par le P. brassicae. Par rapport à chacune de ses composantes, le biofongicide a été invariablement plus efficace à réduire le taux d’infection par le P. brassicae. L’utilisation de deux applications a été plus efficace que l’application unique; le biofongicide a entièrement éliminé l’infection, alors que ses composantes, appliquées individuellement, ont réduit la gravité de la hernie de 62 à 83 %. Le biofongicide a également réduit de 26 à 99 % la concentration d’ADN génomique de P. brassicae présente dans les racines de canola 7 et 14 jours après l’ensemencement. De plus, les résultats de la qPCR présentaient une forte corrélation avec le taux d’infection des poils absorbants évalué au même moment (r = 0,84–0,95). La qPCR nous a également permis de quantifier l’activité des transcrits de 9 gènes reliés aux mécanismes de défense et d’ainsi évaluer la possibilité de résistance induite chez des plantes auxquelles la maladie avait été inoculée et qui avaient été traitées au Serenade® 14 jours après l’ensemencement. L’expression de gènes intervenant dans les voies de l’acide jasmonique (BnOPR2), de l’éthylène (BnACO) et des phénylpropanoïdes (BnOPCL et BnCCR) a été multipliée par 2,2 à 23 chez les plantes traitées au biofongicide par rapport aux plantes témoins. Cette réaction de défense induite était transmise au feuillage, car nous y avons observé une inhibition de l’infection par le Leptosphaeria maculans. Il est possible que l’antibiose et la résistance induite contribuent l’une et l’autre à la suppression de la hernie par le Serenade®. Il est également possible que le produit ait besoin d’agir à la fois sur les zoospores primaires et secondaires du P. brassicae pour avoir une efficacité maximale contre la hernie.

Date de modification :