The phylogenetic relationships among infraorders and superfamilies of Diptera based on morphological evidence.

Lambkin, C.L., Sinclair, B.J., Pape, T., Courtney, G.W., Skevington, J.H., Meier, R., Yeates, D.K., Blagoderov, V.A., et Wiegmann, B.M. (2013). « The phylogenetic relationships among infraorders and superfamilies of Diptera based on morphological evidence. », Systematic Entomology, 38(1), p. 164-179. doi : 10.1111/j.1365-3113.2012.00652.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les Diptères (mouches) sont un ordre d’insectes extrêmement diversifié, prospérant dans tous les continents et dans presque tous les types de milieux. Plus de 154 000 espèces de mouches ont été décrites, ce qui représente 10 à 12 % de toutes les espèces animales. Il est difficile d’élucider les relations phylogénétiques d’une portion aussi vaste de la biodiversité mondiale, mais des progrès importants ont été réalisés à cet égard au cours des dernières décennies. Depuis les premiers essais de Hennig sur la monophylie des grands groupes de Diptères, cet ordre d’insectes a retenu l’attention de bien des chercheurs, mais la plupart se sont contentés d’évaluer les données morphologiques par des méthodes qualitatives, non numériques. Plus récemment, des méthodes phylogénétiques quantitatives ont été appliquées aux données morphologiques et moléculaires, mais toutes les études morphologiques quantitatives ont jusqu’ici porté sur des problèmes phylogénétiques précis, se limitant souvent à des taxons de rang inférieur au sous-ordre ou à l’infra-ordre. Nous présentons ici une première analyse numérique des relations phylogénétiques de l’ensemble des Diptères, fondée sur une matrice complète des caractères morphologiques. Nous avons ainsi coté 371 caractères morphologiques externes et internes de la larve, de la pupe et de l’adulte de 42 espèces, où sont représentés tous les infra-ordres et 42 familles. Dans le cas de presque tous les caractères, nous avons employé des données provenant d’études antérieures, mais nous avons dû les réviser pour la présente analyse portant sur l’ensemble de l’ordre; en effet, pour pouvoir évaluer l’homologie de ces caractères parmi l’ensemble des infra-ordres, il était impossible de nous contenter de leur description initiale. Nous avons pu valider de manière significative bon nombre des principaux clades, dont les Diptères, les Culicomorphes, les Bibionomorphes, les Brachycères, les Érémoneures, les Cyclorrhaphes, les Schizophores, les Calyptères et les Œstroïdes, et nous résumons les caractères justifiant le maintien de ces groupes. Par contre, nous avons trouvé peu de support pour les relations existant entre les divers infra-ordres des Diptères inférieurs, des Brachycères inférieurs et des principales lignées de Cyclorrhaphes inférieurs, ce qui concorde avec les résultats des études moléculaires. Ces régions mal appuyées de l’arbre pourraient être dues à des périodes de rayonnement rapide ayant laissé peu de synapomorphies au sein des lignées survivantes.

Date de modification :