Sperm as a limiting factor in mating success in Hymenoptera parasitoids.

Boivin, G. (2013). « Sperm as a limiting factor in mating success in Hymenoptera parasitoids. », Entomologia Experimentalis et Applicata, 146(1), p. 149-155. doi : 10.1111/j.1570-7458.2012.01291.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le paradigme selon lequel les femelles consacrent un coût élevé à la production d’un faible nombre d’œufs alors que les mâles produisent une quantité illimitée de spermatozoïdes est valide si les accouplements sont dispersés dans le temps et si les mâles peuvent renouveler leur stock de spermatozoïdes. Dans un tel système, la meilleure stratégie pour les mâles consiste à s’accoupler avec le plus grand nombre de femelles possible. Toutefois, chez les espèces parasitoïdes, l’accouplement survient souvent au site d’émergence, et les mâles doivent souvent s’accoupler successivement avec plusieurs femelles en peu de temps. Une telle situation peut conduire à l’épuisement des réserves de spermatozoïdes. Cet épuisement est temporaire chez les espèces synspermatogènes chez qui les mâles produisent des spermatozoïdes durant toute leur vie adulte, mais définitif chez les espèces prospermatogènes chez qui les mâles émergent avec leur réserve de spermatozoïdes déjà constituée et ne produisent plus de spermatozoïdes durant leur vie adulte. L’indice spermatogénique et la structure d’accouplement d’une espèce ont donc un effet déterminant sur la probabilité et l’intensité de l’épuisement des stocks de spermatozoïdes chez les mâles. Même chez les espèces prospermatogènes, les mâles produisant une quantité limitée de spermatozoïdes peuvent s’accoupler et enregistrer un gain de valeur sélective inclusive en empêchant leurs concurrents d’inséminer avec succès les femelles et en augmentant la représentation de leur descendance dans la génération subséquente. Les femelles qui s’accouplent avec des mâles qui ont partiellement ou complètement épuisé leur réserve de spermatozoïdes produisent un sex-ratio biaisé qui réduit leur valeur sélective totale. Chez les espèces prospermatogènes, l’état des réserves de spermatozoïdes intervient vraisemblablement dans la sélection des mâles par les femelles, car le fait de s’accoupler avec un mâle qui a épuisé son stock de spermatozoïdes peut comporter un coût élevé. Chez ces mêmes espèces, les mâles peuvent également se montrer sélectifs à l’égard des femelles, car le fait de s’accoupler avec une femelle suboptimale peut se révéler un choix coûteux lorsque la réserve de spermatozoïdes est limitée.

Date de modification :