Assessment of the effect of condensed (acacia and quebracho) and hydrolysable (chestnut and valonea) tannins on rumen fermentation and methane production in vitro.

Hassanat, F. et Benchaar, C. (2013). « Assessment of the effect of condensed (acacia and quebracho) and hydrolysable (chestnut and valonea) tannins on rumen fermentation and methane production in vitro. », Journal of the Science of Food and Agriculture, 93(2), p. 332-339. doi : 10.1002/jsfa.5763  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

CONTEXTE. Les tanins ajoutés aux aliments des animaux peuvent avoir un effet positif sur l’utilisation de l’énergie et des protéines dans le rumen. Dans cette étude, nous avons examiné, in vitro, l’effet de différentes sources et concentrations (20, 50, 100, 150 et 200 gkg-1 matière sèche [MS]) de tanins condensés (acacia et québracho) et hydrolysables (châtaigne et valonée) sur la fermentation microbienne dans le rumen. Notre étude comportait également un témoin négatif sans tanins et un témoin positif avec du monensin (10 mgL-1). RÉSULTATS. La production de gaz in vitro et la concentration des acides gras volatils (AGV) totaux ont diminué à mesure que la concentration de tanins augmentait. L’ajout de tanins d’acacia, de châtaigne ou de valonée, à raison de ≥ 50 gkg-1, ou de tanins de québracho, à raison de ≥ 100 gkg-1, a donné lieu à une diminution (jusqu’à 40 %) de la production de méthane (CH4) en comparaison du témoin. Les tanins de la valonée (50 gkg-1) étaient les seuls à réduire (-11 %) la production de CH4 sans influer sur la concentration des AGV. L’ajout de tanins a entraîné une diminution des concentrations d’ammoniac (NH3) et d’AGV à chaîne ramifiée, ce qui dénote une réduction de la dégradation des protéines dans le rumen. L’ajout de monensin a entraîné une diminution de la production de CH4 (‑37 %) et de la concentration de NH3 (‑20 %) sans influer sur la concentration des AGV totaux. CONCLUSION. L’ajout de tanins d’acacia, de châtaigne ou de valonée, à raison de 50 gkg-1, peut réduire la production de CH4 et la dégradation des protéines dans le rumen sans avoir d’effets négatifs importants sur l’efficacité de la fermentation ruminale.

Date de modification :