Effects of abomasal infusion of flaxseed (Linum usitatissimum) oil on microbial β-glucuronidase activity and concentration of the mammalian lignan enterolactone in ruminal fluid, plasma, urine and milk of dairy cows.

Côrtes, C., da Silva-Kazama, D.C., Kazama, R., Benchaar, C., dos Santos, G.T.D., Zeoula, L.M., Gagnon, N., et Petit, H.V. (2013). « Effects of abomasal infusion of flaxseed (Linum usitatissimum) oil on microbial β-glucuronidase activity and concentration of the mammalian lignan enterolactone in ruminal fluid, plasma, urine and milk of dairy cows. », British Journal of Nutrition, 109(3), p. 433-440. doi : 10.1017/S0007114512001341  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le microbiote du rumen joue un rôle important dans la conversion des lignanes végétales en lignanes mammaliennes. La principale lignane présente dans le lait des vaches nourries au lin est l’entérolactone (EL). Cette étude visait à étudier les effets d’une perfusion abomasale d’huile de lin sur le métabolisme des lignanes du lin et la concentration d’EL dans les liquides biologiques des vaches laitières. Six vaches laitières pourvues d’une canule ruminale ont été réparties selon un plan factoriel 2 × 3 de six traitements comportant des enveloppes de graines de lin (0 et 15 × 9 % de MS) et une perfusion abomasale d’huile de lin (0, 250 et 500 g/jour). L’expérience a été divisée en six périodes de 21 jours, et les échantillons ont été prélevés durant les sept derniers jours de chaque période. L’analyse chimique a montré que la supplémentation en enveloppes de lin entraînait une augmentation de la concentration d’EL dans le liquide ruminal, le plasma, l’urine et le lait, tandis que la perfusion d’huile de lin n’avait aucun effet. Après les repas, chez les vaches qui recevaient 250 g/jour d’huile de lin par perfusion, l’activité de la β‑glucuronidase dans le liquide ruminal était significativement plus faible chez celles qui avaient mangé des enveloppes de lin que chez celles qui avaient reçu la ration témoin. Notre étude a montré que la présence, dans l’intestin grêle, d’une source riche en acides gras n 3, comme l’huile de lin, n’interfère pas avec l’absorption de la lignane mammalienne, EL, et que l’activité plus faible de la β‑glucuronidase ruminale n’avait pas d’effet sur la conversion des lignanes du lin en EL dans le rumen des vaches laitières.

Date de modification :