Timing of photoperiodic competency causes phenological mismatch in balsam poplar (Populus balsamifera L.).

Soolanayakanahally, R.Y., Guy, R.D., Silim, S.N., et Song, M. (2013). « Timing of photoperiodic competency causes phenological mismatch in balsam poplar (Populus balsamifera L.). », Plant, Cell & Environment, 36(1), p. 116-127. doi : 10.1111/j.1365-3040.2012.02560.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le réchauffement climatique devrait avoir un effet sur la phénologie des plantes. Chez les arbres de la forêt boréale, le débourrement printanier est principalement déterminé par la température, tandis que l’arrêt de la croissance en hauteur et la sénescence automnale des feuilles dépendent principalement de la photopériode. Des boutures de 525 génotypes issus de l’ensemble de l’aire de répartition du peuplier baumier ont été plantées dans deux jardins communs (à Vancouver et à Indian Head, au Canada), situés à des latitudes similaires mais avec des températures hivernales et des périodes de végétation différentes. Nous avons constaté une variation clinale de la phénologie printanière et, de manière plus prononcée, des phénologies estivale et automnale. Le débourrement est survenu 44 jours plus tôt à Vancouver qu’à Indian Head. De plus, à Vancouver, malgré le climat plus doux, les bourgeons se sont formés 28 jours plus tôt qu’à Indian Head, et les feuilles sont tombées 7 jours plus tôt. Même si la croissance des nouvelles pousses est insensible à la photopériode, un grand nombre de génotypes ont arrêté de pousser en hauteur avant le solstice d'été dans les deux sites. À Vancouver, les génotypes provenant de latitudes élevées ont produit des bourgeons terminaux dormants au milieu du printemps. Chez la plupart des autres génotypes, soit la croissance s’est poursuivie jusqu'au milieu de l'été, soit il y a eu formation précoce de bourgeons suivie d’un deuxième débourrement. Dans les deux jardins et dans le cadre d’une expérience en ambiance contrôlée, la formation précoce de bourgeons était associée à une croissance en hauteur réduite et à un rapport racines/pousses plus élevé. Les pousses ont arrêté de croître en hauteur environ 5 semaines après le débourrement, ce qui normalement empêche le déclenchement de la dormance avant le solstice, mais pourrait s'avérer insuffisant si le printemps arrive plus de quelques semaines plus tôt.

Date de modification :