Fruit Differential Protein Patterns in Strawberry Cultivars Susceptible or Resistant to Gray Mold.

Wang, Q., Dubé, C., Gagnon, C., Gleddie, S.C., Hao, Y.-J., et Khanizadeh, S. (2013). « Fruit Differential Protein Patterns in Strawberry Cultivars Susceptible or Resistant to Gray Mold. », Archives of Phytopathology and Plant Protection, 46(7), p. 813-824. doi : 10.1080/03235408.2012.752619  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons utilisé deux méthodes, une au phénol et l’autre au docédylsulfate de sodium (SDS), pour extraire les protéines totales de quatre cultivars de fraises ayant une résistance/sensibilité différente à la pourriture grise. Comparativement à l’extraction au phénol, l’extraction au SDS a permis d’obtenir plus de protéines, mais les bandes étaient de piètre qualité et il y avait beaucoup de traînées, indiquant la possibilité de contamination. En revanche, les protéines totales obtenues par extraction au phénol pouvaient être utilisées pour l’électrophorèse bidimensionnelle sur gel de polyacrylamide (2-DE) en raison de leur qualité, et les taches de protéines étaient bien séparées pour tous les génotypes. Avec les cultivars étudiés dans notre étude, nous avons obtenu 89 taches de protéines différentes (non appariées) qui pourraient être associées à la résistance ou à la sensibilité des fruits à la maladie. Le traitement des données avec le logiciel SPSS 11.0 a donné un groupe des quatre cultivars de fraises. Les cultivars ‘APF029-4’ et ‘SJ8976-1’ faisaient partie du même sous-groupe, et c’est pour ce sous-groupe que le coefficient de corrélation de Pearson était le plus élevé (0,705). Ensuite, ces deux cultivars ont été combinés dans le deuxième sous-groupe avec le cultivar ‘Joliette’ résistant à la maladie, ce qui signifie qu’ils pourraient présenter une résistance similaire à la pourriture grise.

Date de modification :