Ecotoxicological assessment of antibiotics: A call for improved consideration of microorganisms.

Brandt, K.K., Aamézquita, A., Backhaus, T., Boxall, A.B.A., Coors, A., Heberer, T., Lawrence, J.R., Lazorchak, J.R., Schönfeld, J., Snape, J.R., Zhu, Y.-G., et Topp, E. (2015). « Ecotoxicological assessment of antibiotics: A call for improved consideration of microorganisms. », Environment International, 85, p. 189-205. doi : 10.1016/j.envint.2015.09.013  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les antibiotiques jouent un rôle capital dans la gestion des maladies infectieuses chez les humains, les animaux de compagnie, le bétail et dans les exploitations aquacoles partout dans le monde. Les antibiotiques sont produits, consommés et rejetés dans l’environnement dans des quantités sans précédent, ce qui fait craindre que la présence de résidus d’antibiotiques puisse avoir des effets néfastes sur les écosystèmes aquatiques et terrestres. Dans le présent article, nous examinons d’un œil critique l’évaluation écotoxicologique des antibiotiques en lien avec l’évaluation des risques environnementaux (ERE). Nous étudions d’abord la nécessité d’établir des objectifs de protection très spécifiques en nous fondant sur la notion de service écosystémique; puis nous suggérons que l’ERE associés aux antibiotiques, grâce à l’application d’une méthode tenant compte du mode d’action toxique, utilise davantage de paramètres écotoxicologiques ciblant les microorganismes (en particulier les bactéries) et les communautés microbiennes. Nous définissons les services écosystémiques clés fournis par les microorganismes et les unités de prestation de services écosystémiques associées (p. ex. les taxons et les groupes fonctionnels). Nous examinons en détail les méthodes actuelles d’élucidation des effets écotoxicologiques sur les microorganismes et concluons que des tests évaluant les communautés microbiennes devraient être utilisés pour compléter les tests évaluant une espèce donnée, et ce, afin d’offrir une protection bien ciblée des services écosystémiques essentiels. Nous proposons en particulier que les tests écotoxicologiques évaluent non seulement la fonction des communautés microbiennes, mais aussi la diversité microbienne (richesse en espèces) et la sensibilité aux antibiotiques. Tout au long du texte, nous mettons en relief les domaines prometteurs pour des projets de recherche fondamentale et appliquée présentant un intérêt pour les ERE. À cet égard, les lacunes les plus fondamentales dans les connaissances sont probablement reliées à notre compréhension rudimentaire du rôle écologique des antibiotiques dans la nature et des effets nocifs possibles de la pollution environnementale par des antibiotiques aux concentrations sous-inhibitrices.

Date de modification :