Two-pass weed management with preemergence and postemergence herbicides in glyphosate-resistant soybean.

Soltani, N., Nurse, R.E., et Sikkema, P.H. (2014). « Two-pass weed management with preemergence and postemergence herbicides in glyphosate-resistant soybean. », Agricultural Sciences, 5(6), p. 504-512. doi : 10.4236/as.2014.56052  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On possède peu d’information sur l’efficacité et la rentabilité des stratégies de lutte contre les mauvaises herbes faisant appel à deux applications d’herbicide dans les cultures de soja, lorsque l’application d’un herbicide résiduel de prélevée (PRE) est suivie de l’application de glyphosate en postlevée tardive (POST), dans les conditions environnementales prévalant en Ontario, au Canada. Nous avons réalisé dix essais au champ en Ontario de 2011 à 2013 afin de déterminer le degré de suppression des mauvaises herbes, le rendement et les revenus nets dans le cadre de différents programmes d’application d’herbicide en prélevée et en postlevée dans des cultures de soja résistant au glyphosate. Les dommages subis par les cultures n’ont pas dépassé 2 % pour les herbicides évalués, sauf pour les herbicides chlorimuron + flumioxazine (PRE) et pyroxasulfone + flumioxazine (PRE), qui ont causé des dommages visibles s’élevant à 4 % et à 7 %, respectivement, dans les cultures de soja. L’application d’une seule dose de glyphosate a donné un taux de suppression de mauvaises herbes variable (73 % - 98 %), tandis que l’application séquentielle de glyphosate a permis d’obtenir un excellent taux de suppression (98 % - 100 %). Le taux de suppression mesuré 8 semaines après la levée suivant l’application de glyphosate en POST était équivalent pour toutes les mauvaises herbes, peu importe l’herbicide appliqué en PRE (96 % - 100 %). Le rendement du soja était le même par rapport à la parcelle témoin exempte de mauvaises herbes, peu importe l’herbicide appliqué en PRE. Le rendement du soja était moindre par rapport aux parcelles où on avait appliqué séquentiellement du glyphosate et du chlorimuron ou du pyroxasulfone/flumioxazine en PRE, puis du glyphosate en POST. De façon générale, les revenus nets des programmes prévoyant deux applications d’herbicide étaient équivalents à ceux des programmes prévoyant l’application séquentielle de glyphosate. Les revenus nets étaient inférieurs à ceux des programmes prévoyant l’application séquentielle de glyphosate et de chlorimuron ou de S­métolachlore + flumetsulame suivie de l’application de glyphosate en POST. Selon ces résultats, une application séquentielle de glyphosate ou un programme prévoyant deux applications d’herbicide – un herbicide résiduel de prélevée suivi de glyphosate en POST – sont les programmes de lutte contre les mauvaises herbes qui donnent les meilleurs résultats dans les cultures de soja résistant au glyphosate. Les programmes faisant appel à deux applications d’herbicide peuvent réduire la pression de sélection des mauvaises herbes résistantes au glyphosate.

Date de modification :