Insecticidal activity of bio-oil from the pyrolysis of straw from brassica spp.

Liu, S., Cáceres, L.A., Schieck, K., Booker, C.J., McGarvey, B.D., Yeung, K.K.-C., Pariente, S., Briens, C., Berruti, F., et Scott, I.M. (2014). « Insecticidal activity of bio-oil from the pyrolysis of straw from brassica spp. », Journal of Agricultural and Food Chemistry, 62(16), p. 3610-3618. doi : 10.1021/jf500048t  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les résidus de cultures agricoles peuvent être convertis par pyrolyse thermochimique en bio-huile, une source durable de biocarburant et de produits biochimiques. On sait que la bio-huile de pyrolyse contient de nombreuses substances chimiques, dont certaines ont des propriétés insecticides et peuvent être une source de pesticides à valeur ajoutée. Les brassicacées, dont le chou, le brocoli et la moutarde, contiennent des glucosinolates et des isocyanates, des composants connus comme étant résistants contre les herbivores. Au Canada, la paille de canola Brassica napus est disponible sur plus de 6  000 000 ha et la paille de moutarde Brassica carinata et Brassica juncea est disponible sur plus de 2 00 000 ha. La paille peut être convertie par des enzymes lignocellulosiques microbiennes en substrat pour la production de bioéthanol, mais elle peut aussi être convertie en bio-huile par des moyens thermochimiques. La paille de ces trois espèces a été soumise à la pyrolyse, et les composants insecticides dans la bio-huile ont été isolés par fractionnement du solvant guidé par essai biologique. Les fractions aqueuses de la bio-huile dérivée de paille de moutarde, avec leurs propriétés insecticides et pouvant dissuader les larves du doryphore de la pomme de terre de s’alimenter, étaient particulièrement intéressantes. On a constaté que les fractions aqueuses analysées plus en profondeur pour les composés actifs contenaient peu des composés phénoliques indésirables, que l’on a précédemment trouvés dans d’autres bio-huiles dans les solvants du dichlorométhane (DCM) et de l’acétate d’éthyle. Dans les fractions les plus polaires, on a détecté des acides gras hexadécanoïques et octadécanoïques, ce qui indique que la séparation de ces composés durant la production de bio-huile pourrait être une source de composés insecticides efficaces.

Date de modification :