Susceptibility to tulathromycin in Mannheimia haemolytica isolated from feedlot cattle over a three-year period.

Alexander, T.W., Cook, S.R., Klima, C.L., Topp, E., et McAllister, T.A. (2013). « Susceptibility to tulathromycin in Mannheimia haemolytica isolated from feedlot cattle over a three-year period. », Frontiers in Microbiology, 4(297). doi : 10.3389/fmicb.2013.00297  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons étudié la résistance à la tulathromycine chez des isolats de Mannheimia haemolytica trouvés chez des bovins à l’engraissement. Pendant 3 ans, en commençant 12 mois après l’homologation de la tulathromycine pour la prévention et le traitement des maladies respiratoires bovines, nous avons prélevé des échantillons nasopharyngiens chez les bovins (environ 5 814 animaux), à leur arrivée au parc d’engraissement (N = 4) et, de nouveau, chez les mêmes animaux, après ≥ 60 jours d’engraissement. Les antécédents de traitement antimicrobien de chaque animal ont été consignés. Nous avons isolé Mannheimia haemolytica de 796 (13,7 %) des échantillons prélevés à l’arrivée et de 1 038 (20,6 %) des échantillons prélevés après ≥ 60 jours d’engraissement. Sur l’ensemble des bovins chez lesquels nous avons trouvé M. haemolytica, 18,5 % ont reçu de la tulathromycine, 2,9 %, de la tilmicosine, et 2,4 % du tartrate de tylosine; dans tous les cas, nous avons administré la concentration thérapeutique, et, en plus, la ration de 13,2 % a été additionnée d’une concentration subthérapeutique de phosphate de tylosine. Les première et deuxième années, aucun isolat de M. haemolytica résistant à la tulathromycine n’a été détecté, mais la troisième année, nous avons trouvé 5 isolats (0,4 %) résistants. Ces isolats ont été trouvés chez 3 animaux logés dans le même enclos, ils appartenaient tous au sérotype 1 et étaient génétiquement apparentés (similitude ≥ 89 %) d’après les résultats de l’électrophorèse en gel pulsé. Les 5 isolats résistants à la tulathromycine étaient multirésistants, car ils étaient résistants à l’oxytétracycline, à la tilmicosine, à l’ampicilline et à la pénicilline. Les gènes de résistance aux macrolides (erm(42), erm(A), erm(B), erm(F), erm(X) et msr(E)-mph(E)) n’ont pas été détectés chez les isolats de M. haemolytica résistants à la tulathromycine. Ces travaux ont permis de démontrer que, dans une population générale de bovins à l’engraissement dans l’Ouest du Canada, la résistance à la tulathromycine chez M. haemolytica est faible et n’a pas changé au cours d’une période de 3 ans suivant l’homologation de la tulathromycine pour les bovins.

Date de modification :