Antibiotic resistance and diversity of Salmonella enterica serovars associated with broiler chickens.

Diarra, M.S., Delaquis, P.J., Rempel, H., Bach, S.J., Harlton, C.E., Aslam, M.N., Pritchard, J., et Topp, E. (2014). « Antibiotic resistance and diversity of Salmonella enterica serovars associated with broiler chickens. », Journal of Food Protection, 77(1), p. 40-49. doi : 10.4315/0362-028.JFP-13-251  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans la présente étude, nous voulions analyser le phénotype et le génotype de résistance aux antibiotiques d’isolats de Salmonella provenant d’installations de production de poulets de chair. Nous avons évalué 193 souches de Salmonella isolées d’exploitations commerciales en Colombie-Britannique, au Canada. Nous avons déterminé la sensibilité aux antibiotiques avec la méthode Sensititre. Nous avons détecté les gènes de virulence et de résistance aux antibiotiques au moyen d’une épreuve PCR et déterminé la diversité génétique par électrophorèse en champ pulsé (ECP), une technique de typage moléculaire. Nous avons mis en évidence 17 sérovars de Salmonella dont les plus courants étaient Kentucky (29,0 % des isolats), Typhimurium (23,8 %), Enteritidis (13,5 %) et Hadar (11,9 %), et les sérovars Heidelberg, Brandenburg et Thompson ont été détectés chez 7,7 %, 4,1 % et 3,6 % des isolats, respectivement. Plus de 43 % des isolats étaient simultanément résistants à l’ampicilline, à l’amoxicilline-acide clavulanique, au ceftiofur, à la céfoxitine et à la ceftriaxone. Le profil de résistance aux β‑lactamines a été observé chez 33 isolats de Salmonella Kentucky (58,9 %); deux de ces isolats étaient aussi résistants au chloramphénicol, à la streptomycine, au sulfisoxazole et à la tétracycline. Les gènes associés à la résistance aux aminosides (aadA1, aadA2 et strA), aux β‑lactamines (blaCMY‑2, blaSHV et blaTEM), aux tétracyclines (tetA et tetB) et aux sulfamides (sul1) ont été détectés parmi les isolats résistants correspondants. Le gène de l’invasine (invA) et le gène de virulence de Salmonella porté par un plasmide (spvC) ont été détectés chez 97,9 % et 25,9 % des isolats, respectivement, et 33 isolats de Salmonella Typhimurium sur 46 (71,7 %) et 17 isolats de Salmonella Enteritidis sur 26 (65,4 %) étaient porteurs tant du gène invA que du gène spvC. Le typage par ECP a révélé la diversité génétique des sérovars résistants aux antibiotiques. Nos données confirment que les poulets de chair peuvent être colonisés par des isolats de Salmonella résistants aux antibiotiques et diversifiés sur le plan génétique, qui sont porteurs de déterminants de la virulence. La présence de telles souches est d’une grande pertinence pour la salubrité des aliments et la santé publique.

Date de modification :