Triclocarban, triclosan and its transformation product methyl triclosan in native earthworm species four years after a commercial-scale biosolids application.

Macherius, A., Lapen, D.R., Reemtsma, T., Römbke, J., Topp, E., et Coors, A. (2014). « Triclocarban, triclosan and its transformation product methyl triclosan in native earthworm species four years after a commercial-scale biosolids application. », Science of the Total Environment, 472, p. 235-238. doi : 10.1016/j.scitotenv.2013.10.113  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Du triclocarban (TCC), du triclosane (TCS) et du triclosane-méthyle (Me-TCS) ont été détectés dans le sol et dans la population indigène de vers de terre d’un champ agricole d’Ottawa, au Canada, environ quatre ans après l’application de biosolides à l’échelle commerciale. Dans le sol ayant reçu des biosolides, les concentrations médianes de TCC et de TCS détectées se sont établies à 13,0 et 1,5 ng/g sol (p.s.), respectivement, alors que les concentrations médianes de Me-TCS, produit de transformation du triclosane, ont été six fois plus élevées que celles de son précurseur. Dans les vers de terre prélevés dans le sol environ quatre ans après l’application de biosolides, les concentrations de Me-TCS étaient également supérieures (26 à 114 ng/g tissu p.s.) aux concentrations de TCS (16–51 ng/g) et de TCC (4­53 ng/g). Ces données montrent qu’il faut tenir compte non seulement des composés d’origine, mais aussi de leurs produits de transformation dans les études sur la bioaccumulation de substances. De plus, les résultats préliminaires de l’analyse des échantillons groupés de vers de terre provenant de différents groupes écologiques portent à croire que le degré de bioaccumulation de contaminants associés aux biosolides pourrait dépendre de l’habitat et du comportement alimentaire des organismes.

Date de modification :