Genetic enhancement of Brassica napus seed quality.

Hannoufa, A., Pillai, B., et Chellamma, S. (2014). « Genetic enhancement of Brassica napus seed quality. », Transgenic Research, 23(1), p. 39-52. doi : 10.1007/s11248-013-9742-3  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La valeur définitive de la graine du Brassica napus (canola) tient à la fraction oléagineuse, reconnue depuis longtemps pour ses qualités alimentaires supérieures, et notamment pour sa faible teneur en acides gras saturés et sa forte teneur en acides gras mono-insaturés ainsi que son profil avantageux d’acides gras oméga-3. Quoi qu’il en soit, la fraction protéique (tourteau) de la graine a aussi reçu une attention favorable en raison de sa teneur en acides aminés essentiels, et notamment de l’abondance des acides aminés soufrés, au point où l’on envisage de l’utiliser à grande échelle dans l’alimentation des animaux d’élevage et des poissons. Les moyens d’optimiser la composition des fractions oléagineuse et protéique du B. napus ont été très étudiés. Dans cet article, nous passons en revue les travaux de recherche consacrés à l’optimisation des métabolites secondaires qui influent sur la qualité de l’huile et du tourteau, depuis les facteurs anti-nutritionnels qu’on souhaite éliminer jusqu’aux produits utiles de grande valeur. La valeur biologique, agronomique et économique qu’on attribue aux métabolites secondaires a suscité une attention vive et très souhaitable dans le cas des métabolites des graines oléagineuses du Brassica et d’autres plantes cultivées. Nous nous sommes surtout attardés sur les travaux visant à augmenter la concentration des métabolites secondaires endogènes utiles (comme les caroténoïde, la choline et les tochophérols) et à réduire les facteurs anti-nutritionnels (les glucosinolates, la sinapine et le phytate). Les approches faisant appel à la génétique moléculaire ont été privilégiées au lieu de la sélection classique.

Date de modification :