Genetic transformation and full recovery of alfalfa plants via secondary somatic embryogenesis.

Liu, W., Liang, Z., Shan, C.-J., Marsolais, F., et Tian, L.-N. (2012). « Genetic transformation and full recovery of alfalfa plants via secondary somatic embryogenesis. », In Vitro Cellular & Developmental Biology - Plant, 49(1), p. 17-23. doi : 10.1007/s11627-012-9463-y  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons mis au point une méthode de transformation génétique chez la luzerne (Medicago sativa L.) fondée sur l’embryogenèse somatique secondaire. Des embryons somatiques matures de luzerne ont été infectés par la souche Agrobacterium GV3101 contenant le vecteur binaire pCAMBIA2301. Ce dernier comprend le gène rapporteur GUS uidA et le marqueur de sélection npt II. Les embryons primaires infectés ont été cultivés sur milieu SH2K contenant 75 mg/L de kanamycine ainsi que des régulateurs de croissance végétale induisant la dédifférenciation cellulaire. Une fois induits, les cals ont été transférés dans un milieu sélectif sans régulateurs de croissance pour la formation d’embryons. Les embryons somatiques ont germé normalement lorsqu’ils ont été transférés dans un milieu de germination. Les plantes obtenues ont été cultivées dans une chambre de culture tissulaire avant d’être placées en serre. L’analyse histochimique a révélé une grande activité du système GUS chez les embryons somatiques secondaires de même que dans différents organes des plantes obtenues. La présence et l’intégration stable des transgènes chez les plantes obtenues ont été confirmées par PCR avec des amorces spécifiques des transgènes et par transfert de Southern avec la sonde du gène npt II. L’efficacité moyenne de transformation par embryogenèse somatique secondaire était de 15,2 %. La sélection des transformants pendant la dédifférenciation cellulaire et l’induction de cals embryogènes a quant à elle été très efficace, et aucune plante régénérée n’a échappé à la sélection. La transformation de la luzerne se fait habituellement par embryogenèse somatique à partir d’organes des plantes développées. L’utilisation d’embryons somatiques comme explants pour la transformation permet d’éviter la phase de développement de la plante, d’accélérer l’introduction de nouveaux caractères et de faciliter l’introduction d’autres modifications chez des lignées déjà transformées.

Date de modification :