The antihistamine diphenhydramine is extremely persistent in agricultural soil.

Topp, E., Sumarah, M.W., et Sabourin, L. (2012). « The antihistamine diphenhydramine is extremely persistent in agricultural soil. », Science of the Total Environment, 439(15 November 2012), p. 136-140. doi : 10.1016/j.scitotenv.2012.09.033  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le composé antihistaminique diphénhydramine, largement utilisé, est présent dans des biosolides municipaux et est détecté dans des eaux de ruissellement provenant de terres agricoles fertilisées au moyen de ces biosolides. Pour la présente étude, nous avons déterminé la cinétique et les principales voies d’élimination de la diphénhydramine dans un sol constitué de loam, de loam sableux ou de loam argileux au moyen d’incubations en laboratoire. Le temps mis pour dissiper 50 % (TD50) des résidus de 14C-diphénhydramine à 30 °C allait de 88 ± 28 jours pour le loam argileux à 335 ± 145 jours pour le loam. La minéralisation de 14C était insignifiante, et le N oxyde de diphénhydramine était le seul produit de transformation extractible détecté, déterminé au moyen de méthodes radioisotopiques et de CLHP/SM. Il n’y avait aucun effet significatif des biosolides municipaux sur la cinétique et les voies d’élimination. Globalement, la diphénhydramine est assez persistante dans les sols, et la formation de résidus liés au sol et non extractibles est le principal mécanisme d’élimination de la diphénhydramine.

Date de modification :