Characterization of antibiotic-resistant and potentially pathogenic Escherichia coli from soil fertilized with litter of broiler chickens fed antimicrobial-supplemented diets.

Merchant, L.E., Rempel, H., Forge, T.A., Kannangara, T., Bittman, S., Delaquis, P.J., Topp, E., Ziebell, K.A., et Diarra, M.S. (2012). « Characterization of antibiotic-resistant and potentially pathogenic Escherichia coli from soil fertilized with litter of broiler chickens fed antimicrobial-supplemented diets. », Canadian Journal of Microbiology, 58(9), p. 1084-1098. doi : 10.1139/W2012-082  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’objectif de cette étude était de caractériser les déterminants de la résistance aux antimicrobiens et de la virulence de la bactérie Escherichia coli isolée du sol amendé avec la litière de poulets à griller (Gallus gallus domesticus) nourris avec des diètes supplémentées avec une variété d’agents antimicrobiens. Des échantillons de sol ont été récoltés à partir de lopins avant et après l’application de la litière au mois d’août pour quantifier le nombre de la bactérie E. coli. Au total, 295 spécimens d’E. coli ont été isolés d’échantillons de sol fertilisé du mois d’août au mois de mars. La susceptibilité aux antibiotiques a été déterminée by Sensititre et des gènes de résistance et de virulence ont été détectés par amplification en chaine par polymérase « PCR ». Des résultats ont confirmé que la bactérie E. coli survit et peut être quantifiée dans le sol par la méthode de numération directe sur Pétri pendant au moins 7 mois après l’application de la litière au mois d’août. Les effets de la supplémentation des moulées étaient observés sur le nombre de bactéries E. coli en novembre et janvier. Le niveau de résistance aux antibiotiques le plus élevé parmi les 295 échantillons d’E. coli était observé envers la tétracycline et les β-lactames, essentiellement à cause des gènes de résistance tetB et blaCMY-2, respectivement. Des effets significatifs étaient observés au plan de la distribution des groups phylogénétiques, des profils de résistance aux antibiotiques et de la fréquence des gènes de virulence. Le sérotypage et l’électrophorèse en champ pulsé « PFGE » confirmaient que la bactérie E. coli multi-résistante et potentiellement pathogène peut survivre plusieurs mois dans le sol fertilisé avec la litière, indépendamment des antimicrobiens utilisés dans la moulée.

Date de modification :