Uptake of pharmaceuticals, hormones and parabens into vegetables grown in soil fertilized with municipal biosolids.

Sabourin, L., Duenk, P.W., Bonte-Gelok, S., Payne, M., Lapen, D.R., et Topp, E. (2012). « Uptake of pharmaceuticals, hormones and parabens into vegetables grown in soil fertilized with municipal biosolids. », Science of the Total Environment, 431, p. 233-236. doi : 10.1016/j.scitotenv.2012.05.017  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Plusieurs études en serre ont récemment montré que diverses cultures peuvent absorber des produits pharmaceutiques destinés aux humains à partir de sols fertilisés aux biosolides municipaux. Nous avons mené une étude de terrain pour évaluer l’absorption de micropolluants organiques à partir de sols fertilisés aux biosolides municipaux (à la dose réglementaire) par des cultures de tomates, de carottes, de pommes de terres et de maïs sucré en conditions normales. Ces légumes étaient cultivés en suivant les pratiques agricoles recommandées par la province de l’Ontario (Canada), la principale caractéristique étant le délai d’un an entre l’épandage de biosolides et la récolte des cultures destinées à la consommation humaine. Nous avons analysé les biosolides au moment de leur épandage ainsi que des échantillons des légumes récoltés pour y déterminer les concentrations de 118 produits pharmaceutiques ou produits de leur transformation, de 17 hormones ou produits de leur transformation et de six parabènes. Les concentrations mesurées dans les biosolides cadrent bien avec celles mesurées dans d’autres études. Huit des 141 produits recherchés ont été décelés dans des échantillons de légume d’un ou deux des traitements répétés à des concentrations allant de 0,33 à 6,25 ng/g poids sec, mais aucun produit n’a été décelé en concentration supérieure à la limite de détection dans tous les échantillons d’un légume provenant des trois parcelles de traitement répété. En général, cette étude porte à croire que, dans des conditions de culture normales, il n’y a qu’une faible possibilité que les cultures absorbent des micropolluants.

Date de modification :