Comparative Examination of Escherichia coli O157:H7 Survival on Romaine Lettuce and in Soil at Two Independent Experimental Sites.

Bezanson, G.S., Delaquis, P.J., Bach, S.J., McKellar, R., Topp, E., Gill, A.O., Blais, B., et Gilmour, M. (2012). « Comparative Examination of Escherichia coli O157:H7 Survival on Romaine Lettuce and in Soil at Two Independent Experimental Sites. », Journal of Food Protection, 75(3), p. 480-487. doi : 10.4315/0362-028X.JFP-11-306  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On sait peu de choses sur l’effet des facteurs abiotiques tels que le climat et la chimie des sols sur la survie d’Escherichia coli O157:H7 dans la laitue de plein champ. Nous avons inoculé une souche résistante à l’acide nalidixique issue de la souche ATCC 700728 à de la laitue romaine de plein champ dans deux régions du Canada caractérisées par d’importantes différences de climat et de type de sol. Nous avons estimé les populations survivantes dans le sol et sur les feuilles de laitue au moyen de géloses MacConkey sorbitol enrichies d’acide nalidixique. Nous avons analysé les données au moyen de la fonction de régression de Weibull pour pouvoir comparer les vitesses de déclin sur les deux sites expérimentaux. Sept jours après l’inoculation, les populations d’E. coli O157:H7 avaient chuté, passant de 105 à moins de 102 UFC/g sur les feuilles, et à moins de 103 UFC/g dans le sol. L’analyse a révélé qu’il n’y avait aucune différence significative entre les vitesses de déclin aux deux sites expérimentaux dans l’un ou l’autre des environnements. Les résultats de cette étude donnent à penser que c’est la capacité d’adaptation interne de la souche d’E. coli O157:H7 ATCC 700728 qui détermine son degré de survie dans le milieu de production.

Date de modification :