Incidence des rations de semi-finition et de transition sur la concentration et les souches commensales d’Escherichia coli chez les bovins de boucherie.

Su, R., Munns, K., Beauchemin, K.A., Schwartzkopf-Genswein, K.S.G., Jin-Quan, L., Topp, E., et Sharma, R. (2011). « Incidence des rations de semi-finition et de transition sur la concentration et les souches commensales d’Escherichia coli chez les bovins de boucherie. », Canadian Journal of Animal Science, 91(3), p. 449-458. doi : 10.4141/cjas2010-034  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’étude devait évaluer l’incidence de quatre rations de semi-finition [55 % d’ensilage de maïs et 40 % de flocons d’orge, de drèches sèches de distillerie de blé, de drèches sèches de distillerie de maïs ou de matière brute (poids de la matière sèche)] et d’une ration de transition contenant une proportion croissante de concentré (de 60 % à 90 %) sur la population de E. coli dans les fèces des génisses d’engrais. Les sujets ont reçu une ration de semi-finition à base de fourrages pendant 91 jours, puis une ration de transition pendant 18 jours supplémentaires. La caractérisation des souches de E. coli (n=224) a eu lieu à sept reprises au cours des 109 jours et indique que les génisses nourries avec la ration contenant de l’orge sécrètent plus (P<0,001) de colibacilles totaux et résistants à la tétracycline (Tetr) pendant la semi-finition. Sur le nombre total de E. coli examinés (n=224), 70,3%résistaient à un ou plusieurs des 14 antibactériens utilisés et la proportion passait à 82,3 % au 109e jour. Sur les colibacilles recouvrés, 23 phénotypes et 154 types obtenus par électrophorèse en champ pulsé ont pu être réunis en 38 groupes, signe de la vaste diversité de E. coli chez les génisses. Bien qu’on ait corrélé le supplément de 40 % d’orge à l’excrétion d’une plus grande quantité globale de colibacilles durant la semi-finition, les rations n’ont eu aucune influence sur le regroupement des souches. Les souches recueillies pendant la phase de transition se regroupent mieux que celles recueillies durant la semi-finition. Le regroupement plus important des souches relevé avec la ration de transition qui contenait plus de concentré survient dans les 18 jours de la phase de transition. L’étude indique la variation du taux d’excrétion de E. coli et le groupement des souches en fonction du temps et du régime.