Investigation of an Escherichia coli Environmental Benchmark for Waterborne Pathogens in Agricultural Watersheds in Canada.

Edge, T.A., El-Shaarawi, A., Gannon, V.P.J., Jokinen, C.C., Kent, R., Khan, I.U.H., Koning, W., Lapen, D.R., Miller, J.J., Neumann, N.F., Phillips, R., Robertson, W.J., Schreier, H., Scott, A., Shtepani, I., Topp, E., Wilkes, G.A., et van Bochove, É. (2012). « Investigation of an Escherichia coli Environmental Benchmark for Waterborne Pathogens in Agricultural Watersheds in Canada. », Journal of Environmental Quality, 41(1), p. 21-30. doi : 10.2134/jeq2010.0253  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’Initiative nationale d’élaboration de normes agroenvironnementales visait à déterminer les seuils de référence des pathogènes hydriques peu abondants dans les bassins hydrographiques agricoles. Dans le cadre d’une étude sur le terrain menée de 2005 à 2007, 902 échantillons d’eau ont été prélevés à 27 points d’échantillonnage situés dans quatre bassins hydrographiques drainant des zones d’agriculture intensive au Canada. Quatre des points d’échantillonnage ont été choisis comme points de référence situés à bonne distance des sources de pollution fécale humaine ou animale de chacun des bassins hydrographiques. Nous avons analysé les échantillons et déterminé la présence des microorganismes suivants : Campylobacter spp., Salmonella spp., Escherichia coli O157:H7, Cryptosporidium spp., Giardia spp. et l’indicateur de la qualité de l’eau, E. coli. Le nombre annuel moyen d’espèces de pathogènes était plus élevé dans les zones agricoles (1,54 ± 0,07 espèce par échantillon) que dans les points de référence (0,75 ± 0,4 espèce par échantillon). La concentration annuelle moyenne d’E. coli était également plus élevée dans les zones agricoles (491 ± 96 unités formatrices de colonies [UFC] 100 mL-1) que dans les points de référence (53 ± 18 UFC 100 mL-1). Nous avons évalué la faisabilité d’adopter, comme seuils de référence pour E. coli, les recommandations canadiennes en matière de qualité de l’eau, mais des pathogènes hydriques ont été découverts dans 80 % des échantillons de zones agricoles dans lesquels les concentrations d’E. coli étaient faibles (< 100 UFC 100 mL-1). Nous avons donc élaboré une approche fondée sur la présence naturelle habituelle des pathogènes dans les points de référence des bassins hydrographiques drainant des zones agricoles pour établir des seuils environnementaux provisoires pour les pathogènes des zones agricoles. Nous avons constaté que les seuils établis étaient inférieurs à la moyenne géométrique des valeurs normalement recommandées pour E. coli dans les eaux utilisées à des fins récréatives. Il faudra d’autres recherches pour déterminer les seuils de référence des pathogènes hydriques dans le cadre de l’initiative « Un monde, une seule santé » visant à protéger la santé des humains, des animaux domestiques ainsi que celle des espèces sauvages

Date de modification :