Weed control and sweet maize (Zea mays L.) yield as affected by pyroxasulfone dose.

Nurse, R.E., Sikkema, P.H., et Robinson, D.E. (2011). « Weed control and sweet maize (Zea mays L.) yield as affected by pyroxasulfone dose. », Crop Protection, 30(7), p. 789-793. doi : 10.1016/j.cropro.2011.03.026  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le pyroxasulfone est un nouvel herbicide dont l’homologation est envisagée pour l’utilisation sur le maïs sucré au Canada; cependant, on ne dispose encore que de peu de renseignements sur les doses requises pour assurer un taux d’élimination de 90 % des graminées annuelles et des mauvaises herbes à feuilles larges que l’on trouve dans le sud ouest de l’Ontario. La présente étude vise à déterminer les doses de pyroxasulfone offrant un taux d’élimination d’au moins 90 % de plusieurs mauvaises herbes importantes sur le plan économique, avec un impact sur le rendement final du maïs sucré ne dépassant pas 5 % par rapport à un champ témoin exempt de mauvaises herbes. Six essais au champ ont été effectués sur une période de deux ans (2007 et 2008), sur trois sites de l’Ontario, pour évaluer l’efficacité du pyroxasulfone à des doses allant de 31,25 à 1 000 g m.a. ha-1. Les doses requises pour réduire la biomasse des mauvaises herbes d’au moins 90 % (I90) variaient en fonction des espèces. Des doses de 93, 499 et 111 g m.a. ha-1 ont été requises pour réduire de 90 % la biomasse de l’amarante à racine rouge, du chénopode blanc et de la sétaire verte, respectivement. L’élimination de l’abutilon, de la digitaire sanguine et du pied de coq a été supérieure à 95 % à une dose de 31,25 g m.a. ha-1, soit la dose la plus faible mise à l’essai. Le rendement du maïs sucré n’a cependant pas pu être maintenu de façon régulière à l’intérieur d’un écart de 5 % par rapport au champ témoin exempt de mauvaises herbes. Plusieurs facteurs peuvent avoir contribué à la diminution du rendement, dont les effets de la texture du sol, la compétition en raison de la faible élimination du chénopode blanc et la sensibilité des hybrides. Ces résultats montrent qu’il est possible d’obtenir une élimination efficace, du point de vue biologique, des mauvaises herbes en utilisant du pyroxasulfone à des doses inférieures à celles proposées pour plusieurs espèces de mauvaises herbes, mais on ignore encore si l’utilisation du pyroxasulfone serait rentable, en raison des risques d’impacts sur le rendement des cultures.

Date de modification :