Minéralisation du carbone organique du sol actif dans les fractions granulométriques d’un sol argileux Brookston non travaillé ou travaillé avec une charrue à socs et à versoirs.

Zhang, Z.D., Yang, X.M., Drury, C.F., Reynolds, W.D., et Zhao, L.P. (2010). « Minéralisation du carbone organique du sol actif dans les fractions granulométriques d’un sol argileux Brookston non travaillé ou travaillé avec une charrue à socs et à versoirs. », Canadian Journal of Soil Science, 90(4), p. 551-557. doi : 10.4141/CJSS09081  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La matière organique du sol est un mélange hétérogène de substances organiques dont la composition et la stabilité varient. Pour rehausser la séquestration du carbone organique du sol (COS), il serait bon d’en comprendre la répartition parmi les particules du sol, selon leur granulométrie, de préciser la stabilité du COS dans chaque fraction et de cerner l’influence des pratiques culturales comme le travail du sol sur sa minéralisation. Les auteurs ont donc tenté d’établir la répartition et le taux de minéralisation du COS actif dans le sable (53-2 000 µm), le limon (2-53 µm) et l’argile (<2 µm) d’un sol argileux Brookston servant à un assolement maïs-soja, selon trois modes de travail du sol, en l’occurrence le travail à long terme (24 ans) avec une charrue à socs et à versoirs, le non-travail à long terme (24 ans) et le non-travail à court terme (10 ans). Les auteurs ont fractionné le sol en vrac venant de la couche supérieure de 10 cm selon la granulométrie correspondant à celles du sable, du limon et de l’argile en soumettant une suspension 1:4 sol/eau aux ultrasons (750 J par mL). Ensuite, ils ont incubé le sable, le limon et l’argile des trois types de sol à 20 °C et à 30 % d’humidité (en poids) pour mesurer le volume de C-CO2 libéré en 103 jours. La concentration de COS varie comme suit dans les trois types de sol : argile > limon > sable. Globalement et après calcul de la moyenne pour les différentes pratiques culturales, on retrouve 55,8 % du COS dans l’argile, 37,2 % dans le limon et 7,0 % dans le sable. Le taux de minéralisation du carbone diminue avec le temps dans les échantillons incubés; il présente une corrélation avec la granulométrie et la pratique culturale. Il existe une très bonne concordance entre un modèle de décomposition du premier degré (Ct= C1 + C0 (1-e-kt)) et le taux de minéralisation du COS pour les différentes fractions granulométriques et pratiques culturales. Les données sur la minéralisation du C révèlent que : (1) le COS présent dans l’argile et le sable se décompose plus facilement que celui trouvé dans le limon et (2) le COS associé à l’argile et au limon se décompose mieux quand le sol n’est pas travaillé.